Twelve Reasons to Die

Ghostface Killah

Wax Poetics  |  2013
7 / 10
par Jeff  |  le 21 mai 2013

Franchement, hormis les trentenaires bloqués en 2001 et quelques brebis égarées, qui s'intéresse encore vraiment au Wu-Tang Clan et à ses membres. Il faut dire qu'entre celui qui est mort (miss you, O.D.B.), ceux qui ont disparu de la circulation sans que cela nous émeuve le moins du monde (Allo Masta Killa? Non mais allo quoi?) et ceux qui font désormais un peu n'importe quoi (coucou Method Man, ça va?), il faut être sacrément motivé pour porter en 2013 un quelconque intérêt à un crew qui fêtera cette année ses 25 années d'existence. Heureusement qu'au milieu de ce beau bordel, il en reste l'un ou l'autre pour fièrement défendre les valeurs du Wu. Ainsi, aux côtés d'un Raekwon toujours fringant se décarcasse ce bon vieux Ghostface Killah, dont la discographie est davantage associée au mot 'impeccable' qu'autre chose.

Après, on sait que ces qualificatifs élogieux sont l'apanage de scribouillards qui commencent à avoir un peu trop de cheveux gris sur la caboche, le jeune petit con prétentieux n'en ayant certainement rien à foutre d'un mec qui n'apparaît jamais aux côtés de Rick Ross, Lil Wayne ou A$AP Rocky, qui ne sort pas 3 mixtapes par an ou dont la présence sur les réseaux sociaux semble à peu près aussi cool qu'un baise-en-ville. Alors voilà, comme l'album du Wu-Block il y a quelques mois, le Twelve Reasons to Die de Ghostface Killah va s'employer à caresser dans le sens du poil l'amateur de rap east coast, sera en total décalage avec le rap business d'aujourd'hui, invitera des gens de sa génération (tiens, Masta Killa justement), et trouvera certainement son public. Et il le trouvera parce qu'il ne manque pas de qualités.

Concept album ambitieux réalisé par le compositeur Adrian Younge et 'executive produced' par le RZA, Twelve Reasons to Die séduit d'abord par son ambition cinématographique. En effet, en douze titres bien scénarisés, Tony Starks raconte sa vie d'homme-à-tout-faire pour la famille DeLuca, qui n'hésite pas à le dézinguer et transforme son corps en chair à vinyl. Ces disques, une fois joués, ressuscitent Ghostface Killah, incarnation de la revanche. Partant de là, on pénètre une trame narrative épaisse, qui voit la pleureuse du Wu cracher une belle dose de venin avec son habituelle verve. Et si le flow impeccable de Ghostface Killah ou de ses acolytes (Cappadonna, U-God ou Inspectah Deck) surprend à peu près autant qu'un featuring de 2 Chainz sur un disque de hip hop, on est sous le charme du travail de composition très fin d'Adrian Younge, qui puise autant dans la blaxploitation que dans les ambiances à la Ennio Morricone, pour un résultat au final très tarantinesque qui passe comme une lettre à la poste.

Forcément, ce disque est extrêmement difficile à vendre (au propre comme au figuré) en 2013: pour les arguments exposés dans le premier paragraphe et vu l'absence évidente de surprises, ils seront nombreux à passer à côté d'un album qui ne manque pourtant pas d'arguments convaincants. Après, les plus gros détracteurs de l'objet seront certainement ces mecs accros à un hip hop US moderne dont l'hyperproductivité est incapable de s'affranchir des dix mêmes producteurs à la base d'une inquiétante uniformisation d'un genre qui pense plus à brasser des milliards qu'à nous faire rêver. Bref, si vous avez eu même l'ombre d'une demi-molle sur Enter the Wu-Tang (36 Chambers), jetez quand même une oreille à 12 Reasons to Die, parce qu'il n'est vraiment pas exclu que le nouvel album du Wu soit le plus gros pétard mouillé de 2013.

Le goût des autres :

note : 88/10Amaury L