Psycho Tropical Berlin

La Femme

Born Bad Record / Barclay  |  2013
6 / 10
par Duke  |  le 7 mai 2013

Ma douce, si je t’écris aujourd’hui, c’est parce que je pense sincèrement que notre relation tend à doucement emprunter des chemins tristes et bien trop communs! Je me rappelle avec délice et douceur de notre rencontre en cette nuit bruxelloise de mars, il y a trois ans. Elle fut le point de départ de plusieurs mois d’amour passionnés, d’excitation et de jeu coquins. Tu savais te rendre désirable et nos étreintes étaient explosives.

Je t’avoue t’avoir d’abord trouvé froide, puis sympathique mais quand j’ai réalisé avec quelle aisance tu attirais les regards, excitait les foules… autant de paires d’yeux d’hommes et de femmes, succombant à tes courbes surfs, ton sex-appeal glacial ; je t’ai désiré ! Bien que je voulais te posséder, tu restais insaisissable, ton premier EP de wax blanche introuvable. Et ce doigt d’honneur à Courbet... autant d’intrigue dans ton nom que dans L’Origine du Monde. Tu étais tout et rien en même temps, le son glacé des eighties, le soleil bright des guitares surfs, l’énergie du punk. Et oui, ça aussi ! Tu étais une sacrée boule d’énergie, une vraie chienne en cage. Un peu comme une teenager en train de se faire submerger par les premières vagues de sa libido. Et toi, sur ta planche, tu paradais en Reine absolue sur toute cette fougue adolescente tout en étant, au fond de toi, tellement certaine de ce que tu voulais…

Doucement tu t’es offerte à moi, tu m’as donné ta fleur même si un jardiner était déjà passé par là - ton fameux EP réédité en deux 45 tours. Heureusement que j’aime ce format et que ces morceaux sont des tubes, sinon, je me serais senti un peu con avec mes deux plaques. Le quotidien faisait déjà vicieusement son office et, malgré nos brèves rencontres live qui furent à chaque fois clôturée d’une immense vague de plaisir non feint, le désir n’était plus le même. Je me procurais ton Cd-r avec les prémices de deux morceaux à venir… C’est à ce moment, je pense, quand j’eu l’impression de te contrôler un peu, que le jeu à cessé de m’amuser… Je n’avais même pas acheté From Tchernobyl with Love / Paris 2012 bien que l’envie m'avait parcouru un instant, comme un réflexe, comme un devoir conjugal. Notre rencontre n’aura pas lieu. Je te savais dans les bras d’autres comme moi et seule la jalousie attisait en moi cette envie de te posséder. J’avais l’impression d’avoir parcouru mille fois ton corps et toutes ces zones les plus intimes, surexposées, devenait le théâtre d’une bataille mille fois gagnée. Tes secrets étaient galvaudés et tes charmes dilués. Il y a quelques semaines, Sur la Planche sortait pour la troisième fois en vinyle… Ce nouvel EP, c’est comme si tu portais cette robe que j’adore pour aller voir tes amants, ça fait mal. Ton corps était un sanctuaire souillé mais je n’ai pu me résoudre à t’abandonner. Tu m’avais promis tant de choses, je croyais qu’un vent neuf soufflerait pour nous deux. Je te l’avoue, "Hyspolyne" m’a charmé.

Et qu’as-tu fait sur ce Psycho Tropical Berlin, ton premier album, cette étape tellement importante dans une relation comme la nôtre? Tu as caché tes petites rondeurs dans tes vieilles robes de bal. Tu pensais qu’un lifting et quelques toilettes d’époque, témoins privilégiés de ton charme animal qui s’est un peu fané avec le temps, te rendraient ta jouvence première, ton énergie, ta sauvagerie et mon érection par la même occasion ? Tu avais beau mettre en valeur des atours inédits très appétissants comme "Anti Taxi" et quelques gadgets grivois tels que "Si Un Jour", la déception pointait inexorablement. Tout cela sentait un peu le réchauffé et tes efforts restaient maladroits et relativement peu nombreux. Il faut se rendre à l’évidence, rien n’est plus comme avant. Tu as changé mais malgré tout, je crois que je t’aime ! Je crois qu’il faut que j’oublie les frissons de nos premiers ébats et que je me fasse à l’idée je suis resté ce vieux con coincé dans ses souvenirs. Je regrette cette sexualité froide et je m’accroche à l’espoir que tout n’est pas perdu pour nous parce que même si tu échappes à l’hologramme de ma mémoire, je sais que tes talents érotico-musicaux sont indéniables. Je prie juste pour que personne ne tente plus jamais de les mettre en boîte !

Le goût des autres :

note : 77/10Jeff note : 44/10Michael