Stuck On Nothing

Free Energy

DFA  |  2010
5 / 10
par Jeff  |  le 25 novembre 2010

Aujourd'hui, qui s'intéresse encore aux Fountains of Wayne? D'ailleurs, parmi nos lecteurs âgés de moins de 30 ans, qui a déjà entendu parler du groupe américain dont la power-pop a fait des merveilles il y a une dizaine d'années. En 2010, le groupe californien galère pas mal, mais espère quand même nous sortir un nouvel opus un jour ou l'autre pour le plus grand plaisir d'une poignée de nostalgiques. Et tandis que ces pauvres gars font tout ce qu'ils peuvent pour joindre les deux bouts, les jeunes gens de Free Energy vivent un rêve éveillé en évoluant dans un registre pourtant fort semblable. Pourquoi alors tout cet enthousiasme autour de ce groupe de Philadelphie? La réponse tient en trois lettres: DFA. En effet, un certain James Murphy est tombé sous le charme de cette bande de kids qui n'a pas hésité à lui a envoyer ses démos sur base du bon vieux principe du "On ne sait jamais, sur un malentendu, ça peut toujours marcher". Sous le charme, tonton James n'a pas hésité à inviter le groupe en studio pour produire Stuck On Nothing, premier album dont la seule prétention est de nous balancer une musique légère et insouciante.

Et d'entrée jeu, le groupe ne ménage pas ses efforts pour se montrer à la hauteur des attentes. "Stuck On Nothing", titre qui donne son nom à l'album, "Dream City" ou "All I Know" mettent tout de suite l'auditeur à l'aise: cette histoire sent bon la crème solaire, les bikinis et la mousse bien fraîche. Les riffs sont saillants, les refrains entraînants et l'effort intellectuel de notre part quasi inexistant. Et pour couronner le tout, James Murphy prend un malin plaisir à soigner la forme et inscrire le disque dans la modernité – et vas-y que je te balance quelques cordes par ici, et regarde comment je joue avec des percussions par là. Mais on le sait, même la meilleure des crèmes n'empêche pas le coup de soleil calamiteux; qui dit bikini ne dit pas forcément bombe sexuelle; quant à la bière du pays de l'Oncle Sam, elle est surtout connue pour son manque flagrant de caractère. Aussi, à mesure qu'on s'enfonce dans ce Stuck On Nothing, l'été semble de moins en moins idyllique. On se retrouve alors très vite avec un album qui enchaîne comme si de rien n'était les titres anodins et ressemble un peu trop à une "jam session" de luxe sponsorisée par DFA. Et c'est assez regrettable, car tout avait si bien commencé…