Maraqopa

Damien Jurado

Secretly Canadian  |  2012
8 / 10
par Jeff  |  le 22 février 2012

Si on aime tant Damien Jurado, c’est certainement parce que qualitativement parlant, le folkeux de Seattle n’a que très rarement déçu. Et puis aussi parce que retrouver Damien Jurado, c’est un peu comme foutre les pieds dans un McDo : on sait bien que quel que soit le recoin du globe dans lequel on se trouve, la sauce du Big Mac aura le même goût, son pain le même diamètre, et on y trouvera surtout ce cornichon qui ne sert strictement à rien, si ce n’est à s’en foutre plein les doigts pour le retirer. Mais voilà, depuis quelques temps maintenant, Damien Jurado est flanqué d’un certain Richard Swift, et ces deux-là semblent s’entendre comme cul et chemise. Malgré une première collaboration un peu fade sur Saint Bartlett, précédent disque de Damien Jurado, les deux hommes ne baissent pas les bras et reviennent à la charge avec Maraqopa, onzième album studio de Damien Jurado et, plus intéressant, première œuvre à la hauteur de leurs pédigrées respectifs.

En effet, via le travail de production de Richard Swift, le songwriter américain a jugé bon de s’affranchir des codes en vigueur dans le petit monde du folk et de l’americana. Sur Maraqopa, la seule chose qui nous rappelle qu’on est bien en train d’écouter un disque de Damien Jurado est sa voix, ce puissant vecteur de mélancolie dont l’efficacité n’a pas été affectée par les chipotages induits par Richard Swift. Pour le reste, c'est carrément opération portes et fenêtres ouvertes à tous les étages. Pour la première fois de se carrière, on sent que Damien Jurado a pris le parti d'enfoncer les portes de sa cabane au fond du jardin pour aller enfin respirer l'air des grands espaces. En même temps, avec comme compagnon de voyage Richard Swift, il ne risquait pas grand-chose. Depuis toujours, l'homme est connu pour la finesse de ses arrangements et Maraqopa est une nouvelle preuve de son talent. On ne pensait jamais entendre Damien Jurado chanteur sur fond d'ambiances jazzy ou se faire accompagner de chœurs enfantins, et pourtant, c'est bien le genre de (bonnes) surprises qu'il nous est ici donné d'entendre.

Disque riche sans être trop dense, Maraqopa consacre enfin la collaboration Damien Jurado/Richard Swift après un premier essai infructueux. En trouvant l'équilibre instable entre pop intello et folk à fleur de peau, le binôme nous gratifie d'un disque plein et entier, sincère et touchant, court et intense. Le début d'une belle idylle, à n'en point douter.