Don't Act Like You Don't Care

Luke Temple

Western Vinyl  |  2011
7 / 10
par Jeff  |  le 24 novembre 2011

C'est avec son projet Here We Go Magic, et plus particulièrement l'imparable single "Collector", que Luke Temple a gagné ses galons auprès de l'intelligentsia indie. Avant cela, le natif du Massachussets menait une carrière discrète mais brillante de songwriter folk, avec à la clé deux albums, l'indispensable crève-cœur Hold A Match For A Gasoline World et son petit frère un peu plus expérimental Snowbeast. Mais c'est alors qu'il était en train d'œuvrer sur sa troisième réalisation que le projet Here We Go Magic a décollé, emmenant l'Américain sur les routes et reportant ses visées en solitaire aux calendes grecques. Voilà pourquoi les titres qu'il nous est donné d'entendre ici datent de 2009, époque correspondant à la sortie du premier album éponyme de Here We Go Magic. Mais qu'importe finalement. Car s'il est bien une musique intemporelle qui peut donner sa pleine mesure avec un minimum de moyens, c'est le folk. Et en matière de ballades aux contours lacrymaux, Luke Temple en connaît un rayon et ne s'est jamais privé pour nous le faire savoir. Mais sur ce point bien particulier, Don't Act Like You Don't Care est peut-être le moins bon album de Luke Temple. Non seulement parce que les complaintes pleine d'empathie sont ici réduites à la portion congrue d'une galette qui ne compte déjà que neuf petits titres, mais aussi parce que leur côté lo-fi et DIY assumé ne semble pas permettre à Luke Temple de faire briller son songwriting d'habitude si touchant. Mais voilà, si ce troisième album en solitaire s'essouffle dangereusement dans ses dix dernières minutes, il nous reste une bonne demi-heure assez exceptionnelle à se mettre sous la dent. On y retrouve un Luke Temple mélangeant folk, country ou soul et jouant avec nos émotions pour mieux nous faire frissonner. On comprend alors très vite que lorsqu'il est en pleine possession de ses moyens et qu'il y met un peu les formes, l'Américain s'impose comme l'un des tous meilleurs songwriters de sa génération, un type en mesure de venir titiller un Elliott Smith ou Mark Linkous sans avoir l'air d'y toucher. Mais voilà, ce n'est pas en nous livrant un produit semi-fini que le natif de Salem parviendra à se faire un nom dans la cour des grands. Et franchement, vu son talent, on aimerait vraiment qu'il la rejoigne sans plus tarder.