Est-ce grave si le rap s'institutionnalise, tant qu'on repart avec une chouette compilation? ?

Est-ce grave si le rap s'institutionnalise, tant qu'on repart avec une chouette compilation? ?

par Émile  |   le 02-07-2021

Et quand on parle d'institutionnalisation, on ne parle pas de Lomepal sur France Inter ou de Youssoupha et la FFF. Non, l'institutionnalisation dont il est question, c'est celle de l'ancienne Smithsonian Institution américaine.

Fondée au milieu du 19e siècle par le britannique John Smithson, elle a pour but de conserver et d'organiser des connaissances et des objets de l'histoire américaine et mondiale : un grand centre culturel de préservation du patrimoine, plus ou moins orchestré par des fonds publics - même si on imagine que leurs chiottes sont sponsorisées, on reste aux States.

Et parmi les grands centres de conservation se trouve toute une partie portant sur la mémoire afro-américaine, avec notamment un musée inauguré par Barack Obama à Washington D.C. en 2016. Dans le cadre de leur Folkways Recordings, une anthologie CD (à la manière de celles de l'INA) va paraître le 20/08, et ça risque d'être du très lourd. 129 titres pour 10 CDs et un livre de 300 pages sur l'histoire du genre, de 1979 à 2013. Pourquoi ces dates, et comment tout cela est traité, on a hâte d'en savoir plus en essayant de se dégoter un exemplaire à la sortie.

Comme sur la compilation précédente, sur le jazz et la folk, c'est tout un comité d'experts qui a sélectionné les titres, parmi lesquels on retrouve Questlove, MC Lyte, ainsi que des universitaires et d'anciens patrons de label. En attendant, vous pouvez trouver la tracklist ici ou bien vous ruer sur la playlist Spotify non-officielle, ou bien précommander l'anthologie (attention ça pique au niveau du prix).

Et sinon, ça commence par ce titre.