Plaine Inondable

Frànçois And The Atlas Mountains

Talitres  |  2009
9 / 10
par Nicolas  |  le 30 septembre 2009

L’histoire de Frànçois est de celles qu’on aime avant même de commencer. Originaire de Saintes, le jeune homme quitta la France en 2003 après en avoir fini avec les études. Destination : Bristol, en Angleterre. Là-bas, Frànçois tissa rapidement des liens et croisa la route de groupes locaux, comme Crescent ou Movietone. L’aventure ne faisait que commencer pour celui qui fera également partie de la formation écossaise Camera Obscura. D’un autre côté, cette période lui permit de poser les jalons de son propre projet pour lequel il fit appel, après un premier album solo, aux Atlas Mountains. Prêt à dévaler ces dernières, le groupe sortit encore un album sur un micro-label anglais avant que Frànçois ne vienne se ressourcer en Charente-Maritime, courant 2008. Par l’entremise du groupe Unkle Jelly Fish, il découvre la formation polyphonique Bost Gehio dont la rencontre sera primordiale dans l’élaboration de cette Plaine Inondable, sortie ces jours-ci sur le label Bordelais Talitres.

Ils vous le diront tous, la particularité de Frànçois & The Atlas Mountains réside dans le chant, véritable entrelacs entre langues française et anglaise. Aussi déroutant soit-il, ce savant mélange ne tourne jamais à la confrontation. Bien au contraire. Tout sur cette Plaine Inondable en appelle à l’onirisme et à l’harmonie. Baigné d’un voile de mélancolie. On en prend une sacrée dose dès les inauguraux "Friends" et  "Be Water (Je Suis de l’Eau)". Mais la grande force de cet effort est de nous plonger dans une atmosphère perpétuellement changeante. Seule constante : un halo de lumière nous permet de naviguer à vue, sans risquer de nous perdre dans les méandres de ces plaines inondables, quelque part entre Belle & Sebastian et Dominique A. Tour à tour noyées dans la brume ou inondées de soleil, les compositions de Frànçois And The Atlas Mountains se dessinent à l’aquarelle, autre domaine de prédilection de leur géniteur, et nous plongent ainsi dans un univers total. Rien n’est laissé au hasard. Si l’on ne connaissait pas l’existence du projet avant Plaine Inondable, il nous aura suffi d’une écoute pour être conquis par cette pop parfaitement ourlée, légèrement lo-fi, toute écoute supplémentaire nous permettant d’en découvrir de nouvelles nuances. Bien que l’on puisse reconnaître ci et là quelques liens de parenté, l’œuvre de Frànçois est d’une telle singularité qu’on ne peut s’empêcher de le souligner. Et de clamer que Plaine Inondable est une merveille pour qui aime voyager.

Premier artiste français signé sur Talitres, Frànçois & The Atlas Mountains a tout du grand cru millésimé. Ou simplement du coup de cœur dont on ne se lasse pas. On se réjouit de le voir prochainement sur scène afin de confronter nos impressions avec une formule que Frànçois nous annonce (dans son interview) comme plus expérimentale. D’ici là, on se repassera en boucle Plaine Inondable, bande-son parfaite au sortir de l’été.