Everything is New

Jack Peñate

XL Recordings  |  2009
9 / 10
par Jeff  |  le 23 juillet 2009

D'un point de vue purement tactique, Matinée, le premier album de Jack Peñate, était sorti à un très mauvais moment: au début de l'automne, à une période où l'amateur de rock lambda commence tout doucement à ressortir ses disques de folk boisé et vespéral. Alors évidemment, avec sa galette remplie à ras bord de mélodies survitaminées et primesautières, le songwriter londonien n'était pas dans une position idéale pour se faire entendre. Et puis il faut bien reconnaître que malgré toute la bonne humeur qu'elles dégageaient, les mélodies du sieur Peñate ne cassaient pas trois pattes à un canard – chose assez bizarre pour un artisté signé sur un label connu pour ne sortir que des disques impeccables, XL Recordings.

Mais aujourd'hui, avec ce nouvel opus de Jack Peñate, on se dit que les pontes du label ont bien fait de parier sur ce cheval aux apparences pourtant bien anodines et que sa sortie tombe à point nommé alors que les beaux jours font leur retour. En effet, ce Everythings Is New n'est rien de moins que l'une des plus belles surprises de cette première moitié d'année 2009 et semble être l'œuvre d'un nouvel homme. Et là où peu imaginaient le petit-fils de l'écrivain Mervyn Peake parvenir à se faire un nom de le monde impitoyable du 'music biz', le voilà qu'il s'impose avec ces neuf nouveaux titres comme l'un des artistes sur lesquels on peut désormais compter.

Bref, concis et d'une évidence confondante, Everything Is New ne pouvait être plus judicieusement intitulé. On y retrouve un artiste qui a renoncé à une certaine facilité et mis de côté les schémas 'indie pop matinée de ska et de reggae' qu'il répétait à l'envi sur Matinée. Et si Jack Peñate a toujours un faible pour les mélodies aux forts accents estivaux, la forme a quant à elle subi un sérieux ravalement de façade – une transformation qu'il convient ici d'attribuer en grande partie au travail (une fois de plus impeccable) du producteur Paul Epworth, dont le travail pour Bloc PartyThe Rakes ou Plan B a marqué plus d'une paire de guiboles ces dernières années.

"I'm ripping the posters off the wall, I'm moving the boxes into the hall" lance ainsi Peñate en ouverture de disque, sur l'immense "Pull My Heart Away". Désormais plus synthétique et à couches multiples, la musique de Jack Peñate, à l'instar de celle d'une Lily Allen, est capable d'établir sans sourciller le lien entre rigueur artistique et acceptation populaire. On se retrouve donc sur Everything Is New face à un enchaînement imparable de singles potentiels combinant écriture limpide et production foisonnante: chœurs angéliques, cuivres généreux, échos dub ou filouteries africanisantes à la Vampire Weekend se marient alors à merveille avec ce chant dont le maniérisme et la douceur séduisent autant qu'il n'en énervent certains.

A ce stade, je pense qu'il est inutile de vous faire un dessin: alors qu'on pensait avoir trouvé en la personne d'Esser l'artiste capable de rythmer nos belles soirées d'été, ce dernier va pouvoir commencer à se faire du souci. Avec ce Everything Is New impeccable de bout en bout, la petite frappe à l'impeccable coiffe voit débarquer un rival inattendu méritant amplement une seconde chance après un premier album trop convenu et passe-partout. Quant à Jack Peñate, il tient sa revanche et mérite désormais de rehausser le n de son nom de ce 'tilde' aux courbes généreuses évoquant cette chaleur et cette décontraction méridionales qui secouent cet album bigarré comme il faut.

Le goût des autres :

note : 88/10Julien Gas