Brat

Charli XCX

Atlantic Records – 2024
par thomas g, le 17 juin 2024
9

Après un album plutôt quelconque, CRASH, où elle essayait une fois de plus de tutoyer le star system, Charli XCX sort Brat, un puissant retour à la sincérité qui rend hommage à son ADN rave et référence tous les moments du clubbing, y compris ceux de flottements introspectifs, quand on est submergé par les basses, la foule et l’obscurité.

Et si la forme est toujours en évolution avec l'Anglaise, Brat est toujours produit par AG Cook, son partenaire privilégié, patron du défunt label PC Music qui vient tout juste de sortir, lui aussi, un triple album qui part dans tous les sens. Mais ces partners in crime ne sont pas seuls sur le dancefloor, c'est même le contraire : ils  sont épaulés par une dream team de producteurs internationaux qui va de El Guincho (hitmaker pour Rosalía) au revenant Gesaffelstein en passant par l'inoxydable Hudson Mohawke… Pas d’invité pour pousser la chansonnette par contre, toutes les parties vocales sont garanties "100% Charli", comme si l'Anglaise voulait définitivement s'approprier son disque le plus ambitieux à ce jour.

Souvent copiée pendant la dernière décennie, XCX jouit d’une street cred’ inégalée pour une certaine frange de la population, et elle n’est jamais meilleure que lorsqu’elle se concentre sur les structures caractéristiques du mouvement hyperpop consistant à enchaîner une puissante ballade mélancolique avec les beats EDM les plus dégénérés. On peut entendre de la French House, un peu de jersey club, quelques passages de breakbeat ou un final acid, et c'est tout sauf indigeste. On citera en exemple « Apple » avec ses vocaux hachés et vissés sur une belle mélodie synthpop, ou bien « Von Dutch » qui trouve ici une place de rêve en plein centre de l’album, bien calé entre un « Talk Talk » qui fait la leçon à Dua Lipa et « Everything is Romantic » où l’on retrouve brièvement le phrasé purement londonien de son époque True Romance.

Sur Brat, on renoue également avec ce qui faisait le sel de son meilleur disque (et le meilleur album du confinement), How i’m Feeling Now : la sincérité. Les paroles sont directes, écrites sans relecture, et l’anxiété y prend souvent le dessus : « Sympathy is the knife » et « Girl so confusing » abordent le thème de la jalousie, le déchirant « So I » est dédiée à la défunte SOPHIE… Charli XCX est parfaitement au faîte des passions de l’époque où la moindre ligne mystérieuse peut envoyer toute une batterie de stagiaires du CNRS à la recherche de l’identité de la célébrité mystère (Lorde ? Taylor Swift ?).

Déjà affublé d’une version deluxe avec trois titres supplémentaires, Brat jouit surtout d’un critique unanime : un très rare 10/10 de la part de l'"Internet's busiest music nerd" Anthony Fantano, une des meilleures notes de l’année attribuées par Pitchfork, et bien évidemment une chronique dithyrambique sur Goûte Mes Disques. Reste maintenant à savoir si Charli XCX va, enfin, réussir à toucher le grand public avec un nouvel album personnel et sans concession. Ou si elle se contentera simplement de danser avec nous. On sait que (plus si) secrètement (que ça) elle vise la première option. Ici, on pense que c'est en se contentant de la seconde qu'elle saura rester loin devant la concurrence.

Le goût des autres :