La Suite

1995

Undoubleneufcinq  |  2012
note : 7
7 / 10
par Jeff  |  le 23 mars 2012

Il n'y a même pas un an, le consensus autour de 1995 semblait total: accueilli comme un vent de fraîcheur salutaire soufflant sur un rap game hexagonal plutôt moribond, le crew francilien faisait l'objet de dithyrambes en tous genres, alimentant la hype à coup de vidéos bien senties et couronnant cette campagne médiatique parfaitement orchestrée par un premier EP impeccable qui venait confirmer tout le bien que l'on pensait de la troupe composée du beatmaker DJ LO et des emcees Nekfeu, Sneazzy West, Areno Jaz, Fonky Flav et Alpha Wann.

Mais à notre époque, douze mois, c'est une éternité. Aujourd'hui, 1995, c'est 140.000 fans sur Facebook, une bonne dizaine de millions de vues sur YouTube, des articles dans tous les magazines, des salles pleines, des projets parallèles convaincants, un rapprochement clair avec la major Universal qui distribue La Suite ou encore un passage au Grand Journal de Canal +. Forcément, face à un tel engouement, les pisse-froids sortent du bois et les avis sont logiquement un peu moins unanimes. Des opinions qui tournent principalement autour du son 1995, que l'on qualifiera de "neo-old school". En effet, 1995, c'est une interprétation par des gamins sortant de l'adolescence de sonorités qu'ils ont découvertes a posteriori, un copier/coller actualisé d'un certain âge d'or du hip hop français incarné par des gens comme Zoxea, Oxmo Puccino, Beat De Boul, Busta Flex ou le Supreme NTM. Alors forcément, ce (prétendu) manque d'originalité fait grincer des dents.

A GMD, le débat fait également rage, même si une bonne partie de l'équipe se range du côté des fans indécrottables, convaincue que les griefs adressés à la fine équipe sont largement injustifiés, notamment parce qu'on a un peu tendance à oblitérer le talent de 1995 à trop vouloir chercher la petite bête. Si vous faites partie de la catégorie des détracteurs, il est possible que vous ayez déjà arrêté la lecture de ce texte. Si par contre le crew parisien vous enchante et que vous attendiez qu’il vous serve la suite logique de La Source, ce qui va suivre pourrait vous intéresser. En effet, ce deuxième EP ne fait que reprendre les recettes qui avaient fait mouche il y a un an : des textes bien torchés qui laissent l‘ego des protagonistes au placard pour conter avec habileté et technique des histoires simples et des productions qui vous propulsent 15 ans en arrière sans pour autant sonner passéiste.

Alors c’est vrai, le crew 1995 a encore beaucoup de choses à apprendre, notamment à canaliser son trop plein d’énergie positive qui éclabousse de manière pas toujours élégante les morceaux les plus rythmés de l’album. Mais ce que l’on a un peu tendance à oublier, c’est que 1995 a encore tout à prouver, notamment sur un premier album que l’on attend de pied ferme. En attendant, La Suite (comme La Source) a le défaut de ses qualités : trop court pour vraiment ennuyer, il ne permet pas encore de dire si les cinq emcees ont les reins assez solides pour quitter leurs guêtres de rookies et enfiler les habits de lumière des cadors du rap français. Et même si cet EP va encore tourner pendant quelques mois sur nos platines, on est quand impatients d’avoir une réponse à nos interrogations.

Le goût des autres :