En Sous-Marin

Alpha Wann & Nekfeu

Autoproduction  |  2011
9 / 10
par Bahi  |  le 4 novembre 2011

On ne cesse de vous le dire, les gars de L'Entourage ont des sérieux problèmes d'hyperactivité, et ce pour notre plus grand plaisir. Les projets se multiplient, et dans l'attente d'un album prévu pour la fin de l'année, deux de leur membres, et non des moindres, ont décidé de balancer une mixtape gratuite sur le Net en guise d'adieu aux dernières températures estivales. Il s'agit des inséparables Alpha Wann et Nekfeu, qui présentent avec Abou de L'Entourage la tape En sous-marin, sur laquelle ils retrouvent le duo de producteurs Basement Beat's. Inutile de vous dire que cette tape était attendue de pied ferme par la scène hip hop, tant les deux bougres ont suscité un engouement phénoménal ces derniers mois. Sans parler d'une communication finement menée, à coup de clips en avant première et de teasing sur les réseaux sociaux. C'est donc en trépignant d'impatience que l'on colle une oreille sur le tant attendu En Sous-Marin.

Et que dire, à part que les espoirs placés en eux sont une nouvelle fois confirmés. Pas de featurings, uniquement Alphonse et Ken, bruts de décoffrage sur les très bonnes productions du binôme Basement Beat's. On retrouve le duo de 1995 sur des samples ultra connus, mais judicieusement maniés, du « Monsieur Sable » inspiré du fameux « Mr Sandman » au terrible « Le retour du vrai bail » reprenant avec justesse le thème de Star Wars. Sur ce morceau, que dire des performances des deux emcees... le flow d'Alpha est plus meurtrier que jamais tandis que l'athlétique phrasé  du Nekflamme fait lui aussi très forte impression. Imposant, « Le retour du vrai bail » contraste avec la piste suivante « Du Sexe Opposé », plus introspective et sur un terrain beaucoup plus léger que l'ogive précédente, comme en témoigne le refrain « J'ai des soucis avec le sexe opposé, mon cœur à des bobos j'aime les lolos. Les pipes à eau avec bédo posé, pour les belles formes des femmes ménopausées, je mets la gomme, je reste un homme avec un cerveau drogué ». Différents thèmes et atmosphères sont abordés le temps des neuf titres mais la même recette est appliquée sur chacune des ambiances, c'est-à-dire un phrasé infatigable et des flows bondissants dont on ne se lasse pas. Les deux emcees évoluent tous deux sur des domaines singuliers, plus porté sur un débit endurant et la multisyllabie pour Nekfeu, tandis qu'Alpha fait jouer sa gouaille et des combinaisons invraisemblables, qui nous rappellent inévitablement Dany Dan. Ils parviennent d'ailleurs à tirer parfaitement profit de leurs spécificités  et laissent transpirer une complicité manifeste comme sur l'enjoué « Ne le dis pas à ma mère ». Cette osmose se confirme tout le long du projet, laissant le plaisir prendre une place centrale sur les morceaux comme dans nos têtes. C'est tellement rare dans les sorties actuelles qu'il est important de le souligner.

Définitivement, les sensations de frivolité et de réelle jouissance exprimées implicitement par les deux rappeurs nous marquent et nous font adorer ce projet. Sans compter la qualité brute de chacune des pistes, que ce soit du côté chant et production ou de l'ambiance qui en ressort. Pour faire court, les « quasi-frères » Alpha Wann et Nekfeu nous proposent une tape qui est à mettre entre toutes les mains, et à faire tourner encore un bon moment, certainement au-delà des prémices automnales.

 

Le goût des autres :