Certified Lover Boy

Drake

OVO Music  |  2021
5 / 10
par Ruben  |  le 14 septembre 2021

Malaisant. Voilà le premier mot qui nous passe par la tête au moment de parler de Certified Lover Boy. Malaisant, comme le titre de l’album et cette terrifiante pochette réalisée par Damien Hirst et qui soulève comme unique question : « Drake aurait-il 11 autres enfants cachés avec des ex-stars du porno ? ». Malaisant, comme les paroles qui semblent pompées sur le journal intime d’un adolescent pré-pubère – « say that you a lesbian, girl, me too ». Malaisant, comme le fait que R. Kelly soit crédité sur l’album ou que « Way 2 Sexy » sample Right Said Fred, des débiles profonds qui utilisent aujourd'hui leur petite notoriété pour relayer de fausses informations sur la pandémie actuelle. Malaisant, comme la discographie de Drake depuis 2015, et le succès planétaire de « Hotline Bling ». 

Pourtant, malgré son emballage douteux et l'immaturité de certaines paroles sortant de la bouche d’un homme de 34 ans, tout n’est pas à jeter sur le sixième album studio du Canadien, loin de là - encore heureux, il fait allégrement 75 minutes. Premièrement, le travail effectué par l’armée de producteurs recrutés pour l'occasion – No I.D., Tay Keith, Noah “40” Shebib, Boi-1da, Metro Boomin et de nombreux autres – est tout simplement extraordinaire. La moindre note, le moindre hi-hat est parfaitement calibré, avec une mention spéciale aux SFX sur la dernière partie de « Race My Mind », qui asphyxient complètement l’auditeur et accentuent l’atmosphère étouffante recherchée. On retrouve aussi, par moments, ces ambiances planantes et cinématographiques qui ont forgées les légendes de Take Care et Nothing Was The Same, ses deux meilleurs disques. A notre grand soulagement, ‘Tuscan Leather Drake’ (notre Drake préféré) fait également une apparition sur le disque, plus précisément lors de l’introductif « Champagne Poetry ». Construite autour du « Navajo » de Masego – qui a lui-même samplé « Michelle » des Beatles – l’instru donne le tournis et se révèle être le terrain de jeu parfait pour un Drizzy à son meilleur niveau. « N 2 Deep » se positionne également comme l'un des points culminants du disque ; un morceau sensationnel, au beat-change poignant, sur lequel Drake et son incontournable side-kick Future sont plus aventureux musicalement qu'ils ne l'ont été depuis des années. Les performances de Rick Ross et Lil Wayne sur « You Only Live Twice », la suite de YOLO, sont également remarquables, et rappellent immédiatement l'époustouflant « Lord Knows » de 2011.

Malheureusement, Certified Lover Boy, avec sa tracklist à rallonge, comporte son lot de pistes jetables. « Fucking Fans » est la photocopie d’une photocopie d’un titre datant de l’époque If You're Reading This, It's Too Late, tandis que « Fountains », malgré une intervention remarquable de la jeune chanteuse nigériane Tems, n'a absolument pas sa place sur CLB. De même pour « Love All », featuring JAY-Z, qui se rapproche de « Pound Cake » sans jamais atteindre le niveau de la désormais mythique outro de Nothing Was The Same. « IMY2 » est également très décevant pour une première rencontre entre Kid Cudi et Drake, ressemblant davantage à une parodie qu'à une collaboration fructueuse entre deux grands noms du rap des années 2010. Enfin, bien que diablement efficace, « Knife Talk » avec 21 Savage sort un peu de nulle part et semble errer au beau milieu du disque, dans un no man's land artistique, sans que personne ne comprenne vraiment pourquoi le titre est présent sur CLB – le banger aurait été bien plus pertinent sur Savage Mode 2.

Drake est solidement posé sur le toit du rap américain depuis plus de dix ans maintenant. Une décennie de gloire et d’accomplissements, que même la diss-track extrêmement violente de Pusha T n'aura su perturber. « Men lie, women lie, numbers don’t » rappait Jay-Z en 2009 ; et effectivement, les chiffres de vente de Drake ne mentent pas ; ils sont tout simplement stratosphériques et certifient son statut d'intouchable du rap. Et puisque le rap est la nouvelle pop, c'est bel et bien toute l'industrie qu'il met à genoux. Pas mal pour un type dont les cinq derniers projets flirtent souvent avec la médiocrité.

La triste vérité est qu’aucun disque de Drake ne nous a réellement fasciné depuis Nothing Was The Same. Plombé par un manque de contenu nouveau et original, Certified Lover Boy s’engouffre dans la même médiocrité que Views, More Life, Scorpion et Dark Lane Demo Tapes, confirmant ainsi le tourbillon infernal dans lequel semble être empêtré la discographie du Canadien. Fatalement, ce nouvel album n’est rien d’autre qu’une énième playlist aux thématiques réchauffées et/ou totalement aléatoires, qui grimperont aisément au sommet du Billboard parce qu'elles sont estampillées "DRAKE" – sans surprise, CLB a battu tous les records de streaming sur Spotify. Un concept différent, un simple fil narratif cohérent ou un quelconque engagement socio-politique n’a visiblement jamais été à l’ordre du jour. Le chef de file d'OVO aurait pu nous surprendre, ce ne sera pas le cas. Il fait le choix conscient de rester tapi dans sa zone de confort, entouré de ses amis les plus fidèles, de son fils de 4 ans et de ses millions. Avec cette question, lancinante : peut-on réellement lui en vouloir ?

Le goût des autres :