Dark Lane Demo Tapes

Drake

OVO Sound  |  2020
5 / 10
par Yoofat  |  le 11 mai 2020

Avant, Drake nous faisait penser à nos ex parce que sa mélancolie mise en musique était poignante, fragile et assumée de bout en bout. Aujourd'hui, si Drake nous fait penser à nos ex, c'est parce que le temps passe et que sa formule, n'ayant pas vraiment évolué malgré le nombre de conquêtes accumulées (sic), tend forcément à nous rappeler le milieu des années 2010. Les histoires se répètent, le son est similaire, l'alternance chant-rap est toujours aussi maîtrisée, quoique toujours aussi attendue. Avec Dark Lane Demo Tapes, le Canadien nous rappelle ni plus ni moins de quoi il est capable, au cas où on aurait oublié son projet sorti l'année dernière, ou celui sorti l'année d'avant.

L'intérêt d'une telle mixtape est forcément très limité. Pour Drake, être devenu l'une des sensations du confinement et de la plateforme Tik Tok grâce à "Toosie Slide" est certainement une victoire. Pour nous autres auditeurs de plus de 14 ans, R.A.S. L'ambiance OVO est reconduite pour une énième fois, sans véritable variation, offrant ainsi peu de nouvelles sensations. Qu'on ne boude pas notre plaisir pour autant, on passe toujours un bon moment en écoutant l'un des grands rappeurs de ces dix dernières années sur les trois premières pistes de la mixtape, ouvrant de manière grandiose ce Dark Lane Demo Tapes.

Mais très vite, les fantômes du passé resurgissent, les pistes s'enchaînent et ressemblent bien trop au Drake de What a Time to Be Alive, au Drake de Views ou au Drake de Scorpion. Depuis qu'il occupe seul la place de roi de l'ère du streaming, Drake n'a jamais remis en question sa formule, et pourquoi le devrait-il ? Même s'il a perdu son clash face à Pusha-T, sa musique, elle, reste invaincue dans les charts. Et on ne change pas une équipe qui gagne. Après tout, si une dixième saison de How I Met Your Mother venait à sortir, on serait toujours aussi enthousiaste et ému à l'idée de voir le Maclaren's Pub, les tactiques de drague de Barney ou les grandes tirades de fragiles de Ted. Heureusement pour notre temps de cerveau disponible, l'honnêteté intellectuelle (relative) des créateurs de la série CBS n'est pas comparable à celle du 6 God.  

Rien de neuf à se mettre sous la dent dans ce Dark Lane Demo Tapes, sinon, pourquoi pas, ce couplet rigolo de Playboi Carti sur "Pain 1993". Rien ne semble pouvoir faire vaciller l'empire bâti par Aubrey Graham, sinon, justement l'incident "The Story of Addidon", dans lequel sa crédibilité a été sérieusement ébranlée. Si la plupart des partisans du Canadien s'en moquent complètement, on peut espérer que l'album annoncé pour cet été contiendra un peu du seum cumulé par les grosses révélations de la moitié des Clipse sur le fameux diss track susmentionné. Drake semble vouloir évoquer sa paternité dans ses nouveaux morceaux, et on ne peut que l'encourager à aller dans ce sens ; il serait grand temps d'évoluer maintenant.  "Thank me later" disait-il. On aimerait bien le remercier plus tard, quand il fera quelque chose de nouveau, par exemple. 

Le goût des autres :