La dernière fois qu'on vous a cuisiné un Hood Therapy, c'était à l'été 2015, misère. En ce début d'année 2016 pas mal chahuté par la sortie en major de quelques trucs incontournables (Kevin Gates, Kendrick Lamar ou BJ Tha Chicago Kid notamment), le moment était venu de faire un point sur ce que proposait, de son côté, l'actualité parallèle et gratuite. On y retrouve pas mal d'éternels habitués à l'exercice, quelques rookies pleins d'amour, et de manière globale beaucoup de belles choses à imposer à ses voisins. Bonne écoute !

Aurélien, Ruben & Tariq

2 Chainz – Felt Like Cappin’

Véritable cliché sur pattes, 2 Chainz mène la vie de luxe typique du rappeur bling bling, et n’hésite jamais à documenter ses achats excessifs. Malgré tout, le rappeur d’ATL trouve toujours le temps de retourner en studio pour alimenter sa fanbase en mixtapes. Dernier épisode en date, Felt Like Cappin’ a retenu l’attention de la rédac’ malgré quelques imperfections. En effet, si on avait pu observer une nette progression entre ses deux précédents EP, Tity Boi est ici un poil moins inspiré, peine à renouveler son flow et ne se détache pas vraiment de ce qu'on a pu entre sur Freebase ou Trap-A-Velli Tre. Néanmoins, grâce à son ego surdimensionné (on ne se lassera jamais de l’entendre balancer des "Last name Chainz, first name Twooouuh"), Felt Like Cappin’ comporte suffisamment de moments surréalistes et de punchlines hilarantes pour mériter un petit download des familles.

Télécharger la tape

Lil Durk - 300 Days 300 Nights

Parmi tous les criminels en culotte courte ayant déferlé sur le rap aux côtés de Chief Keef en 2012, Lil Durk semblait être le plus à-même de vendre la noirceur juvénile made in Chiraq au plus grand nombre. La faute à sa gueule d’ange et ses hymnes autotunées. Las, le titre de son premier album, Remember My Name, sonne aujourd’hui comme un immense vœu pieux. Le jeune driller n’a pas réussi à tirer son épingle du jeu dans une année 2015 très disputée. Ceux qui cherchent la vraie voix des rues de Chicago se sont massivement rabattus sur G Herbo et son compère Lil Bibby. Dommage, car sur ce 300 Days 300 Nights, sorti en décembre dernier, le emcee de Def Jam rappe mieux que jamais. Les 5 premiers titres sont un condensé de drill music à son meilleur niveau, un revolver braqué sur la tempe de l’auditeur par un Lil Durk ricanant comme un enfant possédé de la Cité de Dieu.  

Télécharger la tape

Future - Purple Reign

Le formidable état de grâce (et de drogues) de Future continue . Et naturellement, on ne peut que s’en réjouir: on a particulièrement apprécié la manière avec laquelle l’ATLien s’est imposé en 2015, éparpillant ses débris dans des mixtapes indispensables (Beast Mode, 56 Nights) pour mieux exploser au format album (Dirty Sprite 2). Logique donc que Future Hendrix continue de ne pas niaiser: à peine le temps de boucler janvier qu'il publiait déjà Purple Reign, son premier projet de l’année. Comme d’habitude avec Fut’, on a affaire à un produit dynamité par le travail de production de ses usual suspects (Metro Boomin, Southside et DJ Spinz en tête). Un disque un peu décevant, imposant un effort de tri, mais largement rattrapé par un ultime tiers qui crache le feu sacré. Et puis bon, alors que sont publiées ces lignes, Future a déjà une seconde sortie à son actif en 2016, le très bon EVOL, et a déjà prévu de sortir trois albums de R&B dans le courant de l’année. Soit autant de bonnes raisons de penser que les livres d’histoire s’en iront bientôt compter comment Nayvadius Wilburn a tué la concurrence en 2016.

Télécharger la tape

Cozz - Nothin' Personal

Petit protégé du petit protégé de Jay-Z, Cozz est signé sur le label Dreamville de J. Cole depuis 2013. Ce qui s'est concrétisé en octobre 2014, par la sortie de son debut-album Cozz & Effect. Originaire de L.A., Cody Osagie se distingue par ses textes descriptifs et souvent personnels qui donnent de la profondeur à une discographie prometteuse complétée en ce début d’année 2016 par une nouvelle mixtape. Nothin Personal reprend les recettes de Cozz & Effect, avec des rimes colorées et des beats efficaces – toutes concoctées par son talentueux producteur et ami Meez – et Cozz se positionne comme un grand bol d’air frais sur les serveurs saturés de Datpiff, qui manquent cruellement de ce genre de mixtapes travaillées et soignées.

Télécharger la tape

Juicy J - O's To Oscars

Il semble loin le temps du run magique de Juicy J, cette renaissance entamée sur mixtapes avec les premiers volumes de Blue Dream & Lean et Rubba Band Business pour finir en apothéose sur le très bon (bien qu’inégal) Stay Trippy. Aujourd’hui, le DA du Taylor Gang est une figure confortablement installée dans le mainstream, qui place des couplets chez Katy Perry, Miley Cyrus ou Nicki Minaj. Ses tapes n’ont plus la saveur d’antan. Pourtant, le vétéran de la Three 6 Mafia est encore capable de quelques jolis coups de griffes. La preuve avec ce O’s To Oscars, poisseux à souhait. Entouré par une all-star team d’Atlanta (Metro Boomin, 808 Mafia, Southside), Tonton Juicy s’en donne à coeur joie. Et l’équipe de beatmakers continue le travail entamé sur les projets de Future : un toilettage en bonne et due forme du son de la trap music. Après leur passage, il ne reste plus que les basses à réveiller les morts et quelques éléments mélodiques disséminés ici et là. Du coup, quand l’auteur de "Bandz a Make Her Dance" pose sa voix sur ces productions décharnées, on se croirait revenus aux premiers albums de la Three 6 sortis à la fin des années 90. Une époque où le collectif de Memphis mettait au point ce qui allait devenir justement la trap music. Rust Cohle avait raison : "Time is a flat circle".

Télécharger la tape

Nef The Pharaoh - Neffy Got Wings

Quand on voit les chaudes températures dans lesquelles la Bay Area baigne, pas étonnant qu’elle ait enfanté l’une des mythologies les plus décomplexées du rap. Dommage pour elle: c’est aussi celle qui s’exporte le moins bien. Car si l’on continue de dire beaucoup de bien du regretté Mac Dre, le reste du monde continue de bouder les miracles de gens comme IamSu!, ou les prouesses accomplies par Too $hort ou The Jacka (ce qui revient grosso modo à écouter du rap US en snobbant Snoop Dogg ou 2Pac). Tout ce petit microcosme continue néanmoins d’entretenir sa propre légende. Et on en veut pour témoin la récente montée en puissance Nef The Pharaoh, qui s’offre avec Neffy Got Wings son second effort sur Sick Wid’It, la structure de cette canaille d’E-40. Et ici rien n’est trop beau: on a même été chercher au Texas le producteur Cardo, régulier faiseur de miracles pour Wiz Khalifa. Et le résultat est à la hauteur des ambitions: si le spectre de la ratchet music chère à DJ Mustard n’est jamais loin, son minimalisme digital est ici contrebalancé par des successions de grooves chauds, aux allures G-Funk. Moins pimp mais plus smooth que n’importe quelle sortie estampillée Bay Area, Neffy Got Wings ne réussit pas complètement à trahir ses origines. Ça parle trop de fion et de grosses cylindrées pour laisser un quelconque doute planer. C’est tant mieux d’ailleurs: on ne voudrait pas que le cahier des charges soit complètement chamboulé.

Télécharger la tape

OG Maco - The Lord Of Rage

Difficile de classer l’auteur du hit "U Guessed It" dans des catégories toutes faites: il n’est pas tout à fait dans la trap basse du front de ses collègues du label Quality Control (Migos, Skippa Da Flippa), sans être non plus complètement impliqué dans le trip hipsterimental de ses copains Rome Fortune, ILoveMakonnen ou Father. Bref, le XXL Freshman 2015 nage entre deux eaux. Il se pourrait que ce Lord Of Rage soit la première pierre à l’édifice d’un "son OG Maco". Le géorgien s’y aventure sur les territoires post-trap où règnent en maître A$AP Rocky et Travis Scott. Mais loin du côté poster boy creux de ces deux héros de cour de récré, il parvient à convoquer un peu de la hargne du Waka Flocka de la grande époque. Le résultat propulse l’auditeur au milieu d’une bataille sur la Planète des Singes, un futur sombre où les jeunes sauvageons aspirent au statut de légende ("I Am Legend"), où il n’y a aucune place pour les faibles ("Cowards"). Entre musique de motivation, attitude punk et crossovers pop (le reprise de Queen sur "Champions"), OG livre un projet cohérent, neufs pistes qui laissent espérer de belles choses pour son Children Of Rage, premier album dont la sortie est prévue courant 2016.

Télécharger la tape