Suivre un groupe de la trempe de Vessels a toujours été une riche idée, notamment parce que ce post-rock mâtiné d'electronica a toujours su dégager une énergie follement communicative. Mais alors que le groupe anglais vient de signer sur [PIAS], on se dit qu'il entame une phase passionnante de sa carrière, en accordant une place encore plus importantes aux machines, à l'image du single "Are You Trending" récemment balancé en éclaireur avant la sortie du nouveau long format à l'automne. Une évolution dans leur approche qui se traduit par une Boîte à trésors capable d'aligner du Elliott Smith comme du Moderat ou du Kamasi Washington, et qui permet de mieux comprendre le travail acharné d'un groupe en train d'élargir lentement mais sûrement sa fanbase grâce à une approche musicale fondée autant sur la curiosité que sur la capacité à s'adapter à de nouveaux environnements. C'est Tim, le batteur du groupe, a qui a pris la plume au nom de ses camarades.

Caribou

Odessa

Depuis le début, Caribou est une grande source d’inspiration pour Vessels. Ils font partie de ces rares artistes (Do Make Say Think inclus) qui peuvent se permettre de jouer efficacement en live avec deux batteries et on sait d’expérience que ce n’est pas facile. Je pense que l’arrivée de Swim, avec notamment "Odessa" qui ouvre l’album, a fait prendre conscience à beaucoup de fans de musique expérimentale et psychédélique qu’elle pouvait aussi donner envie de bouger son corps. C’est une leçon que nous avons retenue.

Moderat

A New Error

Autant que je me souvienne, ce morceau a également joué un rôle important dans le développement de Vessels. Il est sorti à une époque où on jouait un post-rock basé sur des guitares. Nous avons découvert que le rock n’a pas le monopole de la création de musique puissante et lourde, comme le montre clairement la ligne de basse de ce morceau et l’impact du développement lent de la mélodie. Cela reste leur meilleur morceau.

The Field

Over The Ice

Hypnotique, mélodique et ensorcelant. La méthode de travail de The Field peut sembler ennuyeuse et répétitive mais, selon moi, il parvient à utiliser les boucles et les répétitions d’une façon qui permet à chaque nouvelle boucle de gagner en importance et en intensité avant de passer à une note ou un ton différent qui nous offre la délivrance mélodique. Sa discographie est remplie d’excellentes (et parfois de moins bonnes) versions de ce style mais c’est le premier morceau d’Axel que j’ai entendu et c’est le plus représentatif de son son.

Floating Points

Sais

L’album Elaenia de FP sorti en 2015 était génial. C’est une fusion de musique électronique avec une esthétique jazz qui bouleverse le genre et qui fonctionne très bien selon moi. Je suis également un grand fan de son EP Shadows qui est uniformément bon. J’ai choisi "Sais", en partie pour avoir un verbe français dans cette liste mais aussi pour démontrer son habilité  qui semble innée à intégrer un élément de soul dans la musique électronique. J’adore le côté décalé et l’utilisation intelligente des cordes, du synthé et de l’orgue. 

Dauwd

Saleh

Le travail de Kompakt est aléatoire mais ils ont tout de même sorti des trucs incroyables. J’ai découvert ce morceau de Dauwd récemment et il a collé toutes mes aiguilles dans le rouge – de la techno mélodique avec une touche live. J’adore le sample de charleston organique et les rim-shots, ainsi que la ligne de basse puissante, l’orgue et la mélodie au synthé, le tout développé et construit pendant plus de six minutes. Génial !

Les Sins

Minato

Les Sins est un autre projet de Chaz Bundick (Toro y Moi), sorti sur le label Jiaolong de Dan Snaith de Caribou. Je suis  fan de son premier album Michael et de ce morceau en particulier, avec une ligne de basse tellement crade qu’elle pourrait vous écraser la gueule!

Kamasi Washington

Re Run

Je devais inclure un titre  de The Epic. J’ai entendu l’album entier pour la première fois lors d’une fête pendant une nuit d’été alors que j’étais (légèrement) imbibé et défoncé. Il s’inspire clairement des dernières œuvres de John Coltrane mais cet album ne se limite pas à ça : deux batteurs, deux bassistes, un orchestre, une chorale et trois heures de musique. L’ensemble pourrait être du jazz expérimental complaisant mais, étonnement,  ce n’est pas le cas. Presque tous les morceaux sont fascinants. J’aurais pu mettre n’importe lequel dans la liste mais j’ai choisi "Re Run" car c’est une bonne introduction pour ceux qui ne connaissent pas Kamasi (ce qui, aujourd’hui, est improbable). Le fait qu’il semble avoir (avec son travail avec Kendrick Lamarr et Flying Lotus), à lui tout seul, fait redécouvrir le jazz à une jeune génération qui l’avait oublié est également incroyable.

The Berg Sans Nipple

Flapping

J’ai vu ces gars-là en première partie de Do Make Say Think il y a de nombreuses années et ils étaient géniaux. J’ai aussi fait le voyage pour aller les voir à Paris au Café de la Danse. C’est un duo qui boucle des lignes de synthé, de basse et des mélodies en live et qui crée un son rythmique à plusieurs niveaux. Ils ont aussi un super batteur. 

Do Make Say Think

Chinatown

Sans doute mon morceau préféré sur mon album préféré de mon groupe préféré. C’est aussi le meilleur groupe live que j’aie jamais vu. Une source d’inspiration pour Vessels depuis des années et notamment pour moi, en tant que batteur.

Elliott Smith

2:45 AM

Tous les membres de Vessels sont fans d’Elliot Smith et il a pas mal tourné dans notre bus au fil des années. C’est sans aucun doute un de mes préférés. J’aurais pu choisir n’importe quel morceau de Either/Or mais il un a un truc dans les paroles, la mélodie répétitive et le final à la batterie en live qui fait que, pour moi, "2:45 A.M." sort du lot. C’est du lourd !

Merci à Gontran pour la traduction.