Black Country, New Road

Bota (Orangerie), le 25-10-2021 | par Jeff le 25-10-2021

C’est une certitude : dans quelques semaines, on retrouvera le premier album de Black Country, New Road bien haut dans certains classements de fin d’année. Car par sa maturité et son talent, le groupe anglais a su concrétiser toutes les promesses cristallisées lors de son éclosion avec « Athens, France ». C’était en 2019 mais hormis quelques très rares dates en dehors de l’Angleterre (deux petits festivals en Belgique, et un passage en France pour l’émission de Jehnny Beth sur Arte), il n’a jamais vraiment eu la possibilité de s’exporter, coupé net dans son élan par une pandémie qui a débuté juste avant une tournée qui devait lui permettre d’exploser sur le circuit européen.

Donc oui, l’attente était immense, surtout que quelques jours plus tôt, dans l’Orangerie du Bota également, leurs copains de Squid avaient foutu un beau bordel et confirmé sur scène tout le bien que l’on pensait d’eux sur disque. Dans le cas de Black Country, New Road, on ne s’attendait pas à pareille bamboche, car leur mélange de post-rock et de post-punk ne joue pas sur les mêmes forces, ne se vit pas aux mêmes cadences. Mais quelques vidéos glanées sur le Net laissaient entrevoir une soirée pleine de tension passive-agressive. Au final, on s’est royalement fait chier devant une formation qui n’aura fait illusion qu’une toute petite dizaine de minutes. 

Il faut dire que dès sa montée sur scène on pouvait percevoir que ça n’allait pas être une soirée facile : BC,NR débarque au son d’un des plus gros tubes de l’histoire récente du rap, et le public réagit avec l’enthousiasme d’une moule hémiplégique. Soit. Tout commence pourtant bien, la pas très joyeuse bande ayant la bonne idée d’ouvrir les hostilités sur « Instrumental ». C’est rythmé, c’est malin, et on dirait que Slint a bouffé les Talking Heads au petit déjeuner. On en redemande, mais en enchaînant sur le fameux « Athens, France » qui nous a tant fait fantasmer, on comprend vite que BC,NR est déjà à court de carburant et que la majorité du groupe a paumé son enthousiasme sur une aire d’autoroute entre Bruxelles et Cologne, où il jouait la veille. Une aire d’autoroute sur laquelle il a également dû oublier la violoniste, qui semble être nouvelle dans le groupe (du moins si l’on compare avec les photos promotionnelles les plus récentes), et la guitare électrique du chanteur Isaac Wood qui avait apparemment très envie de se glisser dans la peau de Connor Oberst hier soir – spoiler alert, l’imitation de Bright Eyes était la plupart du temps calamiteuse. Poussif et désincarné, « Athens, France » se révèle être un avant-gout de ce qui nous attend : un groupe désuni et désintéressé, qui ne ressemble en rien à la version album, et dont les rennes semblent avoir été confiés à quelques personnes seulement, les autres se contentant d’être les spectateurs désabusés d’un concert qu’ils sont censés animer – pensée émue pour le second guitariste et la claviériste qui auraient tout aussi bien pu passer la soirée en loge.

Sur les dix titres joués ce soir, cinq apparaîtront sur le nouvel album Ants From Up There qui sortira en 2022 sur Warp – on ne veut pas faire nos emmerdeurs, mais aucun ne nous a laissé une impression mémorable hier soir. Tout cela a bien évidemment contraint le groupe a opérer des choix, dont au moins un absolument incompréhensible : zapper l’énorme « Sunglasses » de sa setlist – en même temps, à voir l’énergie qu’il nécessite, on se dit qu’il aurait été incapable de nous en livrer une version digne de ce nom sans s'évaporer suite à une combustion humaine spontanée. Et on boira le calice jusqu’à la lie : sur les écrans du Bota, on nous vendait un concert de 60 minutes. Sauf que le groupe a voulu terminer sur « Basketball Shoes ». Un gloubi-boulga long de 15 minutes, comme si Godspeed You, Black Emperor essayait de faire du Arcade Fire période Funeral, et qui nous ont surtout donné l’impression que le titre était en train d’être créé sous nos yeux alors que le groupe le joue en live depuis 2019. Black Country Nul Road.

https://blackcountrynewroad.bandcamp.com/