TVX

Stavo

Elektra – 2022
par Bastien, le 12 décembre 2022
7

"Il était une fois éviter la misère.", voilà comment pourraient démarrer les contes de Stavo. Quatre siècles après ceux de l'illustre Charles Perrault, nulle trace du Chat Botté ou du Petit Poucet dans ces histoires où les HLM ont replacé les forêts, les petits cailloux sont constitués de crack et les bottes de sept lieues ont été troquées contre des Audi RS6. Dans la plus pure tradition moraliste, Stavo en vient même à formuler la question suivante : "Est-ce que je dois peser le pour et le contre avant de peser la beuh ?" Une forme de mise en perspective à laquelle nous avait peu habitué Stavo, réputé davantage pour dynamiter par des phases brutales et ultra-imagées les morceaux du 13 Block.

Mais avant d'attaquer notre examen de TVX , revenons sur la montée en puissance et en solitaire du rappeur sevranais. Première cartouche tirée en 2019 où Stavo apparaît sur "Code 46", produit par Ikaz Boi. Détaché de son crew, on entrevoit déjà l'aisance de Stavo à faire rimer des paroles cryptiques pour tisser ses récits de bicrave. Nouvelle récidive avec la masterclass « Numérologie » aux côtés de Freeze Corleone en 2020. Fin 2021, exit les feat, Stavo s'avance seul dans l'arène avec un EP à la gloire des marques Decathlon - "Kipsta", ou "Kalenji" pour la tracklist. Un format court sur lequel il continue de se faire la main en nous vantant davantage les exploits des charbonneurs que la qualité des polaires Quechua.

En 2022, Stavo arrive enfin sur le "rainté" la sacoche remplie de 17 titres, dans un véritable condensé de noirceur. Ici, nulle présence de titres taillés pour entrer dans des playlists rap convenues comme une paire de Stan Smith dans une école de commerce. Dans un court message vidéo, Stavo résume TVX en ces termes : « c'est pas un album de zouk, ou de variété, c'est une partouze de trap (...) c'est black, c'est 46 Yamaha ». Nous voilà prévenus. TVX ne raconte que la street, toute la street, rien que la street. Une obsession et un univers en vase clos qui, autant prévenir, vont vite assommer les plus rétifs à ce style de rap total.

Un air de déjà-vu donc, mais qui n'atténue en rien la force de frappe dont peut se prévaloir Don Stavo. Car les habitués de 13 Block connaissent bien la capacité du Sevranais à usiner des punchlines de haut vol, comme l'illustre cette phase sur "Federer" : " Mon inspiration a couru pieds nus/ Yannick Noah sur un terrain d'bicrave ". Ces formules dont Stavo a le secret sont légion et irriguent ce premier opus de la première à la dernière seconde. Déjà connu et reconnu pour sa façon très mathématique et géométrique de rimer, Stavo s'en donne ici à cœur joie, comme sur ce une-deux avec son comparse Zefor sur "Triade": "Les travaux, la Triade, en triangle / les bicraveurs, les guetteurs, les gérants / 4-4-2, deux vers l'attaque, Andy Cole et Yorke, pour planter / Pour planter pour les platas, les Y3, les trois bandes, le trois-quarts Adidas". Fiou.

Inattendu, ce TVX n'en reste pas moins l'une des très bonnes surprises du cru rap français 2022. On pourra bien faire la moue devant quelques titres dispensables, l'ensemble n'en reste pas moins cohérent et maîtrisé. Un album qui nous montre également que Stavo n'est pas qu'un simple bulldozer à punchlines mais sait se muer en artisan méticuleux du rap jeu.