Trip9love...???

Tirzah

Domino – 2023
par Bastien, le 21 novembre 2023
7

Bon Dieu, quelle étrange pulsion nous mène a fouiller dans des vieilles photos un dimanche après-midi pluvieux avec en fond l'intégrale de ce bout-en-train de Burzum ? Sûrement la même envie qui chaque année nous fait replonger la tête la première dans des disques dits "de saison". Comprenez dans notre cas précis, quand la température passe sous la barre des 10°C, que la nuit étend son manteau dès 17h30 et que l'envie irrépressible de manger un plat de saucisses-lentilles refait surface.

C'est donc tout naturellement que l'envie d'écouter Tirzah peut émerger durant l'automne, pour nous faire basculer joyeusement dans cette petite dépression qui guette tout un chacun à partir de début novembre. Réjouissez-vous, Tirzah ne vous propose pas un petit spleen de chez Wish, avec quelques pleurnicheries de bas-étage. Tirzah Mastin sait nous foutre le cafard avec une forme de plaisir coupable et une classe toute british. Il faut dire que la jeune musicienne possède une certaine expérience depuis Colourgrade et Devotion pour ne pas verser dans la pop guillerette et sucrée. Trip9love...??? est d'ailleurs son travail le plus poussé pour serrer nos petits cœurs, et ce avec des moyens dignes de MacGyver : un piano, une boîte à rythme, quelques riffs de guitare et sa voix mélodieuse. Un kit qui paraît bien sommaire aux premières écoutes mais qui s'avère être la clé du succès de ce nouvel LP. Un dépouillement intentionnel qui oblige Tirzah - accompagnée de Mica Levi - a exceller dans la construction de son album pour ne pas faire mourir d'ennui son auditoire. Mission accomplie au travers de ces 11 nouveaux titres, qui n'ont pas fait de choix clair entre prendre leur envol dans un club ou de s'attarder dans le calme d'une chambre. Il serait d'ailleurs plus judicieux de parler de "variations " que de morceaux à proprement parler tant Trip9love...??? semble avoir été enregistré en une seule et unique pris. C'est franc et direct comme un tacle de Roy Keane.

Ainsi, la londonienne triture son spoken word, déstructure les notes de son piano, bidouille sa 808, ajoute reverb et delay à outrance. Cette manière de passer toutes ses productions à la moulinette finit d'achever le grand mouvement d'hybridation entrepris sur ses deux précédents travaux. On ne sait jamais très bien si l'on écoute du r'n'b, de la pop, du shoegaze, ou de l'expé. Ce brouillage des sons et des genres donne, in fine, à cet album toute sa beauté vaporeuse. Car toutes ces expérimentations ne perdent jamais de vue ce qui a fait le succès de Tirzah depuis ses débuts : cette mélancolie et ce doux-amer qui nous font immanquablement reprendre une dernière petite dose avant le prochain équinoxe de printemps.

Le goût des autres :