Seaside Rock

Peter, Bjorn & John

Wichita  |  2008
7 / 10
par Jeff  |  le 3 octobre 2008

Vu l’immense succès critique et médiatique remporté par Writer’s Block, le superbe troisième album de Peter, Bjorn & John, d’aucuns se demanderont pourquoi ce nouvel effort bénéficie d'une sortie uniquement digitale et d'une campagne promotionnelle pour ainsi dire inexistante. La réponse, il faut simplement la trouver dans le contenu du disque, que le groupe a voulu largement instrumental et à mille lieues des sucreries pop à la « Young Folks », single imparable qui avait permis au trio suédois d’ouvrir grand les portes de la notoriété. Il vous faudra donc oublier tout ce que vous saviez (ou presque) sur Peter, Bjorn & John avant d'entamer l'écoute d'un Seaside Rock qui a de quoi désarçonner. Car ce n'est pas parce que la galette qui nous occupe aujourd’hui a été enregistrée dans le studio des héros de la nation suédoise Abba que nos trois lascars ont choisi de jouer la carte de la facilité ou de l'évidence pop. Les ‘product managers’ les plus avides de gloire pourraient même parler de petit suicide commercial.

En effet, tout au long d'un disque construit autour de trois comptines « de littoral et d’ennui » racontées dans un dialecte local par des autochtones (un saxophoniste de Norsjö, un pépé de Vika et une coiffeuse de Piteå) et rendant hommage aux villes d'origine de Peter Morén, Bjorn Yttling et John Eriksson, le groupe se dévoile sous un visage nouveau. Evidemment, on imagine déjà les hordes de fans qui avaient succombé à Writer's Block s'en aller voir ailleurs. Cependant, elles auraient tort. Certes, ce 'concept album' n'a pas été écrit pour asseoir définitivement la réputation du trio suédois, mais il a au moins le mérite de prouver qu'en pleine crise de l'industrie du disque, il est encore des groupes 'bankable' qui n'hésitent pas à prendre des risques.

Album bancal et expérimental qui s'adresse avant tout à des oreilles averties, Seaside Rock et son mélange des genres n'en reste pas moins un disque réussi, qui témoigne du talent d'un groupe qu'on connaît surtout pour ses morceaux les plus 'faciles', mais qui montrait déjà sur certains titres de Writer's Block un amour immodéré pour certains genres plus confidentiels, à commencer par le shoegazing ou le post-rock. Sur Seaside Rock, on ajoute aussi dans cette grande marmite des ambiances post-rock,  un peu de krautrock métronomique ou des instruments évoquant davantage le soleil caribéen que la froideur scandinave... et bien sûr un peu de pop! L'ensemble peut sembler extrêmement indigeste, je vous le concède, mais cela n'empêche pas nos trois trublions en goguette de convaincre tout au long d'un disque qui ne doit pas être pris comme un patchwork désordonné (une critique que l'on pouvait adresse à leur précédent opus) mais plutôt comme un ensemble solide rendant hommage à ces disques qui ont bercé la jeunesse du trio.

Alors que Peter, Bjorn & John semblaient promis à un bel avenir, fait de salles remplies et de disques vendus par dizaines de milliers, le groupe a préféré se laisser porter par ses envies – quitte à perdre bon nombre de fans au passage. Et finalement, une interrogation subsiste. Qu'est-ce que le groupe va bien pouvoir nous réserver sur sa prochaine livraison? Impossible de le dire si l'on étudie les trajectoires (ou plutôt les chemins de traverse) empruntées par le groupe ces dernières années. Ceci dit, si artistiquement, le public nage dans le flou le plus complet, Seaside Rock nous prouve que qualitativement, il n'a pas trop de soucis à se faire.