Kompilation

Jürgen Paape

Kompakt  |  2011
8 / 10
par Jeff  |  le 19 janvier 2011

Quand on voit les trajectoires opposées qu'on pris les carrières de Michael Mayer et Jürgen Paappe, c'est à se demander comment ces deux-là ont pu s'apprécier à un point tel que de cette amitié est né l'omnipotent label Kompakt – n'oublions pas Wolfgang Voigt qui a lui aussi contribué à la création de la maison teutone. Aujourd'hui, la seule évocation du nom Kompakt suffit à mettre en émoi nombre d'amateurs de musiques électroniques, et c'est en grande partie dû au travail acharné de Michael Mayer. Infatigable bourlingueur, le producteur de Cologne ne s'arrête jamais: quand il ne remixe pas Shit Robot ou Paul Kalkbrenner, il planche sur une compilation mixée ou gère les affaires courantes de son bébé aujourd'hui devenu un adulte bien constitué. Jürgen Paape est de son côté une sorte d'anti-Michael Mayer. Actif depuis dix ans, le bonhomme ne se produit jamais, n'a pas de page Wikipédia, est « liké » par 91 personnes sur Facebook et ne se montre jamais. Pourtant, sa contribution au "son Kompakt" a été déterminante, et se révèle encore plus pertinente lorsqu'on l'évalue à l'aune de cette Kompilation qui réunit quelques morceaux choisis de son back catalogue.

En effet, aujourd'hui, nombreux sont les fans de la première heure qui s'en prennent violemment à Kompakt, critiquant le virage pop lentement amorcé par la structure et dont l'élément à charge le plus probant reste le disque de Supermayer. Pourtant, cette Kompilation en est la preuve irréfutable: depuis longtemps, il est des producteurs au sein de la maison qui, tel Jürgen Paape, ont été à l'origine d'une métamorphose considérée par d'aucuns comme surprenante – ils pensaient à tort et de manière bien réductrice que le son Kompakt resterait éternellement figé dans sa froideur toute germanique. Evidemment, Jürgen Paape n'étant pas du genre à faire parler de lui à tout prix, sa pierre à l'édifice pop façonné par Kompakt ne s'est pas fait incruster en pleine façade mais bien dans les fondations du bâtiment. En 2002 déjà, avec « So Weit Wie Noch Nie », le producteur de Cologne démontrait ses accointances avec une certaine idéé de la pop, electro ou synthétique, rehaussée de gimmicks vocaux bien germaniques. Et ce n'était là qu'un début. De fait, ailleurs sur cette sélection (« Mit Dir », « We Love »), c'est encore et toujours cet amour pour une musique électronique sensible et rêveuse qui percole les rythmes binaires. Evidemment, on ne saurait limiter Jürgen Paape au versant pop de Kompakt, et cette Kompilation nous rappelle que le bonhomme a plus d'une corde à son arc, puisqu'il excelle également dans la tech-house chaleureuse ou l'electro tout en froideur.

Aussi, à l'écoute de cette compilation, il est évident que le rôle joué par Jürgen Paape dans l'organigramme Kompakt est bien plus important qu'on pourrait parfois le penser. Producteur intelligent aux morceaux d'une fluidité et d'une efficacité rares, Paape représente comme personne l'écurie qu'il a fondée et semble même en mesure de mettre Michael Mayer à l'amende si on les compare sur le talent pur. Respect.