INWANE

ECHT!

Sdban Ultra  |  2021
7 / 10
par Jeff  |  le 15 octobre 2021

Nous sommes en 2012 et à ce moment-là, BADBADNOTGOOD ne représente rien, juste des gamins qui kiffent le rap et détestent les sonorités jazz de leur époque. Ceux qui ont vu cette vidéo captée lors d’une block party du label Mad Decent s’en souviennent encore : l’énergie que le groupe parvenait à déployer sur scène était affolante, la claque immédiate. En mélangeant leur écolage jazz à des influences à aller chercher du côté de Diplo (qui était encore très fréquentable), Hudson Mohawke (dont ils reprenaient le « Bugg’n » de son projet TNGHT) ou Flying Lotus, le quatuor (aujourd’hui trio) a défoncé quelques portes et suscité de nombreuses vocations.

BADBADNOTGOOD, les Bruxellois de ECHT! ne s’en revendiquent pas. Pourtant, on ne va pas vous mentir : pour nous, entendre ça, c’est un peu comme si Hamza disait qu’il n’a jamais écouté Young Thug. Car dans l’ardeur qu’ils mettent à déployer leur ailes, dans l’intelligence avec laquelle ils avancent leur pions, et dans la facilité avec laquelle ils digèrent leurs influences (ils citent plutôt J Dilla, Aphex Twin, Deantoni Parks ou le crew Teklife), on retrouve tout ce qui nous a fait tomber en pamoison devant le groupe canadien à l’orée de noughties. Pourtant, ce n’était pas forcément gagné : cette fluidité du propos et cette efficacité de la réalisation qui parcourent INWANE, elles n’étaient pas au rendez-vous sur le DOUF EP de 2019, trop mal dégrossi et trop maladroit pour faire illusion au-delà d’une première écoute curieuse.

Nous sommes deux ans plus tard, et pas mal d’huile de coude a coulé sous les ponts : en levant un coin du voile sur leur processus créatif avec les BREWmix (des sessions live mélangeant reprises et ébauches de nouveaux titres), Dorian Dumont (claviers), Florent Jeunieaux (guitare), Federico Pecoraro (contrebasse) et Martin Méreau (batterie et vibraphone) nous ont en quelque sorte livré les clés de la maison ECHT! afin que l’on prenne conscience des efforts déployés et de l’ambition affichée, mais aussi que les doutes que l’on pouvait avoir à leur encontre s’évaporent devant des compositions aussi abouties que le pesant « 500Gr. », l’extatique « More Tape » ou le coulant « Parakeet ». Aujourd’hui, INWANE est là, certes toujours habité par quelques illustres fantômes, mais dont la présence est de plus en plus discrète. GOODGOODNOTBAD.