Dawn Of The Freak

The Haunted Youth

Mayway Records – 2022
par Nico P, le 17 novembre 2022
9

C’est un disque comme il en existe peu. Un disque qui vous prend par surprise, dont vous ignoriez tout hier encore, et qui, en quelques minutes, quelques secondes, devient la chose la plus importante à vos yeux. Ces disques sont aussi rares que précieux, et fonctionnent comme des relations amoureuses : on sait, au premier regard, à la première écoute, que cette personne (une femme, un homme, un musicien) feront un bon bout de chemin à vos côtés.

The Haunted Youth, c’est Joachim Liebens, belge, 29 ans. Son premier album se nomme Dawn Of The Freak, et c’est un excellent titre pour un album tout aussi étrange que crépusculaire. Une musique qui s’apprécie dans la longueur, qui prend son temps pour déployer des atmosphères qui rappellent le meilleur de MGMT, DIIV et Slowdive, tout en lorgnant bien volontiers vers les années 80, celles du Alan Parsons Project - oui, c’est un compliment.

Dawn Of The Freak donc, sur lequel The Haunted Youth chante les doutes, la tristesse, ce n’est pas un album joyeux, mais c’est malgré tout un premier album lumineux. Si Joachim Liebes se cache derrière un pseudonyme et un groupe (dont il est le maître d’œuvre), ses chansons, elles, sont à nu, tant les paroles (“I Feel Like Shit And I Want To Die”, difficile de faire plus honnête que cela) que dans ses orchestrations, épurées, d’une sobriété classieuse. Quelques notes de synthé, une guitare pleine de reverb, un chant un peu en retrait, presque un murmure. The Haunted Youth est une douce caresse.

Détail qui aura son importance dans la carrière du groupe : The Haunted Youth a remporté en 2021 De Nieuwe Lichting, sorte de La Flandre a un incroyable talent pour la scène indé. Mais comme un barrière invisible sépare les deux communautés linguistiques du pays, le groupe cumule les dates en Flandre, remplit l'Ancienne Belgique, empile les centaines de milliers d'écoutes sur les plateformes, mais voit sa courbe de progression se fracasser sur un épais rideau de chicon. Et si la Wallonie fait la sourde oreille, que dire de Paris, où The Haunted Youth peut au mieux espérer une Boule Noire pour le moment - ce sera en mars 2023, tenez-vous le pour dit. On pourrait se dire que le succès limité du projet  est incompréhensible, mais ses origines expliquent beaucoup de choses. Dommage, car cet album est pour tout le monde, devrait traverser les frontières, les époques. Ces chansons font du bien, mieux, elles guérissent, elles accompagnent, elles bercent. Elles prennent soin de vous. Prenez soin d’elles.

Le goût des autres :