Jeunes Pousses vol. 12

Pour lire les morceaux sur cette page, vous devez posséder flashPlayer et autoriser javascript

Contrairement à ce que vous pourriez vous imaginer, accoucher d’une compilation Jeunes Pousses est loin d’être une sinécure. Entre le travail d’écrémage préalable, les demandes d’autorisation, la rédaction des textes et la mise en page, c’est au final un travail assez ingrat – d’autant plus ingrat que les statistiques nous montrent combien le lecteur, dans sa majorité, préfère consacrer davantage de temps aux valeurs sûres qu’aux talents émergents. Mais voilà, malgré toute l’ingratitude de cette noble entreprise, il y a une satisfaction personnelle au bout du compte. Celle d’être convaincu que ces groupes ont autant de potentiel que d’avenir. Face à une offre foisonnante dont nous ne pouvons couvrir qu’une part réduite, et face à une volonté claire d’accélérer le rythme des Jeunes Pousses, nous avons désormais décidé de nous associer à des gens au bon goût avéré et/ou à des structures qui nous inspirent le respect. Pour cette première édition ‘nouvelle formule’, nous nous sommes associés à Christophe Danthinne, cerveau de Showstar (le successeur du très bon Think Ringo est en préparation) et présentateur de l’excellente émission Diagonales sur Radio Rectangle. Grand amateur de pop et gros consommateur de rock indé, le Hutois a élaboré avec nous une sélection à forte consonance anglo-saxonne – Two Bunnies In Love est le seul groupe francophone de la sélection. Une bonne cinquantaine de minutes qui flairent bon la coolitude, l’amour des choses bien faites et les like sur Facebook.

Télécharger la compilation (135Mo)

  • Childhood

    Pinballs

    La jeunesse est éternelle. Tout comme les diamants bruts de Childhood. Les jeunes Londoniens survolent ce début d’année avec ce “Pinballs” hypnotico-psychédélique de près de 7 minutes, enregistré en un jour avec Dan Carey, homme à tout faire de l’audacieux label Speedy Wunderground. On pâlit devant tant de maturité, de prise de liberté et de pieds de nez aux codes de la musique pop.

    www.facebook.com/childhoodband
    Lire le fichier

  • Oum Shatt

    Power To The Women of The Morning Shift

    Le rythme binaire d’une froideur toute germanique qui répond au riff acéré qui sent bon le sable chaud. La surprise est totale. Le trio berlinois Oum Shatt pousse la musique dark dans ses derniers retranchements et, par la même occasion, nous hypnotise par un subtil mélange de genres. Mais ne vous laissez pas endormir par cette prétendue nonchalance, Oum Shatt a plus d’une carte dans sa manche.

    www.facebook.com/OumShatt
    Lire le fichier

  • Teleman

    Steam Train Girl

    Alors qu’on pensait que les Anglais de Pete And The Pirates étaient en route pour la gloire, patatras, le groupe explose en plein vol en 2012. De ses cendres encore chaudes surgit alors Teleman, le coeur léger et la rythmique métronomique. Deux coups d’éclat plus tard, le merveilleux "Cristina" et ce "Steam Train Girl" totalement irrésistible, le groupe prépare son premier album qui, vous l’aurez compris, est attendu comme un nouvel étalon dans une ménagerie un peu défraîchie.

    www.facebook.com/Telemanmusic
    Lire le fichier

  • Girl Band

    Lawman

    Les guitares abrasives et le beat martial des garçons de Girl Band font plaisir à entendre. Parce que l’on sent l’urgence de l’écriture, l’animosité à peine retenue et la volonté de déstabiliser. Parce que l’on sait que malgré leur jeune âge, ils pousseront certainement plus haut que bien d’autres mauvaises graines. Girl Band ne fait pas de quartier et leur musique légèrement détraquée n’est pas à mettre entre toutes les oreilles.

    www.facebook.com/girlband
    Lire le fichier

  • Two Bunnies in Love

    Duchesse

    Lorsqu’on jette un rapide coup d’oeil sur la production musicale française actuelle, on ne peut que se réjouir de l’apparition de groupes totalement décomplexés comme Two Bunnies In Love. La tête haute et la mélodie percutante, le groupe normand revisite la pop anglaise au culot et, avec ce "Duchesse" de compétition, renvoie bien des prétendants sur le banc de touche.

    www.facebook.com/pages/two-bunnies-in-love/261646125054
    Lire le fichier

  • Grass House

    I Was A Streetlight

    Un groupe britannique pur jus qui rêve des grands espaces americains, c’est possible. Grass House a plus écouté le Velvet Underground et Tom Waits que les Beatles et cela se sent sur leur premier album A Sun Full And Drowning. Des mélodies obsédantes, une bonne dose de mélancolie et une facilité à trousser des chansons intemporelles. Bien plus que des outsiders.

    www.facebook.com/GrassHouseuk
    Lire le fichier

  • Bleeding Heart Pigeons

    Catharsis

    A peine repérés et déjà signés chez Virgin Records, les jeunes irlandais de Bleeding Heart Pigeons ne devraient pas pour autant se bruler les ailes de si tôt. Même si on sent un léger souffle de Vampire Weekend sur ce "Catharsis" explosif, l’assurance qui se dégage de leur premier EP In A Room in Littleton, Colorado laisse pantois. Inspirés de la tuerie de Columbine en 1999,  les textes noirs et froids achèvent le travail et confirment qu’il faudra compter sur Bleeding Heart Pigeons dans les mois qui viennent.

    www.facebook.com/BleedingHeartPigeons
    Lire le fichier

  • Flashes

    To Catch a Ghost

    Quand on vit au fin fond des Cornouailles, on apprend certainement à cultiver la patience et l’humilité puis on s’arme d’une bonne dose de cynisme pour tenir le coup. “To Catch A Ghost” s’appelait à l’origine “Techno as Fuck” et durait 16 minutes. Il aura ensuite fallut deux ans à Flashes pour dompter ce morceau et lui donner sa forme actuelle. Il est dorénavant l’un des joyaux de leur album éponyme, disponible en téléchargement libre sur leur page Bandcamp.

    www.facebook.com/flashesband
    Lire le fichier

  • Imp

    Wild China

    Difficile de classer Imp dans une catégorie bien précise et c’est bien ce qui fait leur charme. A la fois garage, synth pop, math rock, psyché et expérimentale, leur musique bouscule les clichés et le quatuor semble prendre un malin plaisir à brouiller les pistes. Ils assurent avoir écrit plus de 200 chansons. La mise en oeuvre de leur album a prit plus de 10 ans. De quoi parfois se perdre en chemin, délibérément faire fausse route pour subitement retrouver la lumière grâce à l’éblouissant “Wild China”.

    www.facebook.com/impworlds
    Lire le fichier

  • Felt Tip

    Love or Pity

    Avec Felt Tip, on retrouve la grâce des artisans pop des années 80 mêlées à l’énergie sourde d’un groupe comme Television. Une écriture élégante, racée et qui dénote parmi le magma indie actuel. Une production tirée à quatre épingles signée Rory Atwell, déja repérée chez Palma Violets, Veronica Falls et Mazes. Deux singles efficaces sur le label Fierce Panda et l’espoir d’un album quatre étoiles dans un futur proche.

    www.facebook.com/felttipband
    Lire le fichier

  • Soft Shadows

    Reverb Is For Lovers

    Un peu coincé entre dreampop, surf et shoegaze, Soft Shadows navigue sur un océan de réverb et de voix éthérées tout en évitant les écueils du genre. Un frêle esquif qui tangue entre le rock en flanelle des Raveonettes et la pop mélancolique de Galaxie 500. Pas du genre à avoir un single putassier pour attirer le quidam ni à faire la couverture des suppléments mode, juste un bon groupe les deux pieds sur terre et la tête dans les étoiles.

    www.facebook.com/softshadows
    Lire le fichier

  • Mikhael Paskalev

    Dust

    Cela fait un bon bout de temps qu’on le piste, notre ami Mikhael. Norvégien exilé à Liverpool, il est l’exemple parfait de la force de frappe de la musique indie nordique. Repéré en 2012 avec un premier single du tonerre (“I Spy”), on a adoré son album au titre délicieux What’s Life Without Losers. C’est donc avec une joie incommensurable que nous l’accueillons (enfin) sur cette douzième compilation “Jeunes Pousses”.

    www.facebook.com/PaskalevMikhael
    Lire le fichier

  • Mutual Benefit

    Let's Play / "Statue of a Man"

    Ouvrons tous nos chakras grâce à Mutual Benefit et à la pop ultra-douceur de Jordan Lee. Sans tomber dans les travers de la musique folk pastorale un peu rasoir, Mutual Benefit réussit à sublimer le genre par la force de ses arrangements et de petits instants suspendus de toute beauté. Le tout est délicieusement fragile et hautement recommandable.

    www.facebook.com/mutualbenefit
    Lire le fichier