The Book of Traps and Lessons

Kate Tempest

Republic Records  |  2019
8 / 10
par Jeff  |  le 8 juillet 2019

Franchement, écouter du rap en anglais et dire qu’on fait ça « pour la beauté des textes » relève généralement d’un niveau d’embrouille qui ferait passer le couple Balkany pour les nouveaux Obama. Entre ceux qu’on ne comprend pas parce que leur débit est trop rapide, ceux qu’on ne comprend pas parce que leur diction est approximative, ceux qu’on ne comprend pas parce que l’argot des projects n’est pas enseigné à l’école et ceux qu’on ne comprend pas parce qu’ils mettent quelques paroles à la fin d’adlibs et non l’inverse, difficile de pouvoir se ranger honnêtement du côté des vrais amateurs de rap US à textes. À l’exact opposé de tous ces gens qu’on ne comprend pas vraiment, il y a Kate Tempest.

L’Anglaise, quoique plus poétesse que rappeuse, nous offre tout ce qu’un pan entier de la culture hip hop ne nous propose plus : des textes, et pas n’importe quels textes. Chez Kate Tempest, il y une grandeur d’âme et d’esprit qui amène à un choix des mots d’une précision d’horloger, ceux-ci œuvrant alors autant au service du storytelling que de l’ambiance générale du disque. D’ambiance justement, il en était question sur Let Them Eat Chaos, immense précédent album. Un second album en forme de B.O. d’une époque au goût amer de sinistrose, mais aussi de critique d’une imparable justesse de son Angleterre en proie à la déréliction, bouffée par ses vieux démons. Un album dont personne ne sortait indemne, à commencer par son auteure. Il suffisait de la voir en habiter le moindre recoin pour comprendre que ce genre de disque vous ronge lentement de l’intérieur.

C’est probablement pour cette raison que le nouvel album de Kate Tempest opte pour une ambiance totalement différente de son prédécesseur : fini les productions lorgnant sur le hip hop, Kate Tempest dégraisse, travaille à fleur de peau. On pourrait penser que c’est le gourou Rick Rubin, producteur exécutif du disque, qui se cache derrière cette mue un peu inattendue. On pointe surtout ici le rôle essentiel du producteur Dan Carey, qui accompagne Kate Tempest en studio depuis ses débuts, joue de tous les instruments sur The Book of Traps and Lessons et est le seul à l’accompagner sur scène pour le défendre. Ensemble, les deux  travaillent dans un totale complémentarité, Carey comprenant clairement Tempest, remplissant l’espace quand cela est nécessaire, la laissant seule avec ses mots quand il le faut. Less is more.

Le terrain de jeu bien délimité, il ne reste plus à Kate Tempest qu’à dérouler : on aurait pu penser qu’elle allait se muer en voix d’une génération assoiffée de contestation, mais il n’en sera rien. The Book of Traps and Lessons n’en donne pas, de leçons. Il observe bien sûr, propose des clés de lectures aussi, et des indices permettant de mieux comprendre le monde qui nous entoure – et tout ce qui part en sucette dans celui-ci. Il suffit de comparer la version de « People’s Face » à Glastonbury en 2017 et celle du disque pour mieux appréhender le chemin parcouru par Kate Tempest. Un chemin sur lequel elle a croisé l’amour, celui qui lui a probablement donné cette paix intérieure qu’elle ne trouvait pas, et qu’elle raconte avec une touchante simplicité sur les deux premiers titres du disque, comme pour mieux nous faire comprendre d’où elle vient. Ailleurs évidemment, le naturel et les vieilles habitudes affleurent, mais toujours avec cette sérénité qui offre un regard neuf sur son travail.

A l’arrivée, on n’imagine qu’il sera un peu difficile de classer ce disque dans la catégorie rap – en même temps, Kate Tempest y a-t-elle jamais été? Pourtant, avec trois albums impeccables à son actif et une maîtrise du spoken word qui force le respect, l’artiste propose une esthétique et un discours qu’elle semble un peu trop seule à porter. Mais dans un contexte où le rap a plus que jamais beaucoup de choses à dire sur le monde qui l’entoure mais n’ose pas, ou n’a simplement pas envie de le faire, on ne peut que déplorer le fait que Kate Tempest boxe seule dans sa catégorie.