So Icy Summer

Gucci Mane

Atlantic  |  2020
3 / 10
par Ludo  |  le 23 juillet 2020

Depuis qu’il a acquis aux yeux du grand public et du rap mainstream son statut de légende de la trap à sa sortie de prison en 2016, Gucci Mane est devenu une marque, un symbole de l’american dream, à l’image de son autobiographie remplie de repentances (et de jérémiades) sortie en 2017. Même si les sorties des projets qui célébraient son retour (Everybody Looking, DropTopWop, ...) nous avaient à l'époque fort enthousiasmé, force est de constater que le Gucci de 2020 ressemble plus à un filtre Instagram qu'à un rappeur. 

Vraisemblablement affecté par l’échec de son label post-Bricksquad 1017 Eskimo, Gucci Mane tente de rejouer à l’A&R manager en misant à nouveau sur la jeunesse. Six jeunes pousses sont ainsi signées : Ola Runt (qui a déjà eu droit à son album avec Guwop), Big Scarr, Pooh Shiesty, Foogiano, et enfin Enchanting & K Shiday - lesquelles rappent sous le blazs So Icy Girlz sur la présente compilation. 

Autant vous prévenir d'entrée de jeu : pas simple de digérer un objet de 24 morceaux qui va taper dans les 80 minutes. Surtout quand le projet est d'une fadeur abyssale. Gucci Mane n’a jamais sonné aussi fatigué et peu inspiré, une impression encore renforcée par tous ces morceaux où il se frotte au gratin de la trap actuelle (Future, Young Thug, Lil Baby, 21 Savage). Face à une légende en roue libre, cela ressemble davantage à de la charité qu'à une collaboration, et tous ces titres auraient été bien meilleurs sans le flow fatigué de Guwop. S'il est toujours le king of trap, alors Lil Wayne est encore le best rapper alive. Aujourd'hui, le roi se contente de singer lourdement le style des rappeurs qui ont 10 ans de carrière en moins que lui.

Pire encore : le résultat est le même lorsque Guwop rappe aux côtés de ses petits protégés, à l’exception que cette fois-ci les six jeunes rappeurs susmentionnés peinent à trouver leur style et sont fort enclins à singer les dernières tendances, ce qui confère à ces morceaux un aspect encore plus creux et anecdotique. Ce constat est d’autant plus désolant lorsque, devant l'ampleur du désastre, on se rappelle que c'est bien le même gars qui nous a pondu The Burrprint (Movie 3D), Mr. Zone 6 ou EA SportsCenter.

Quand vient l’heure de se farcir l’introspectif « Still Remember », un titre qui feint la prise de conscience sur ses erreurs passées, il est impossible de croire en l’authenticité des propos d’un rappeur aujourd'hui prêt à tout pour amasser les benjamins - son livre de développement personnel sortira en octobre prochain, on en est là. Franchement, le dernière chose qu'on pourrait encore attendre de lui, c'est biopic pour Netflix. Non seulement ça lui permettra de continuer à financer son train de vie, mais l'énergie qu'il mettra à le superviser  nous évitera de devoir se farcir des bouses comme So Icy Summer.