Program

NHK

Line  |  2015
8 / 10
par Simon  |  le 23 avril 2015

Notre première rencontre avec NHK remonte à 2008, avec un unununium EP qui, en plus de lancer l’activité du duo, entamait de la meilleure des manières une nouvelle série d'EP’s axés post-techno sur l’impeccable écurie Raster Noton - suivront sur cette série des cracks comme Mika Vainio, Grischa Lichtenberger, Aoki Takamasa ou Emptyset. Monté principalement comme le side-project de Kouhei Matsunaga (que vous avez probablement déjà croisé sur PAN sous le pseudonyme NHK’Koyxen ou NHKyx), le duo est complété par fm™ et tape dans une musique que l’on pourrait qualifier de… japonaise. Une post-techno expérimentale extrêmement escarpée, minimaliste et à géométrie variable, qui a le mérite de détonner dès la première écoute. Pourtant, et c’est peut-être la véritable plus-value de Program, on se rend vite compte que ce disque est en réalité entièrement articulé sur un mode de composition électro-acoustique. Il nous semblait bien qu'un disque hébergé sur l'excellent label Line de Richard Chartier se devait de réserver son escarmouche. Un travail rugueux sur le matériau digital, qui en modifie le grain selon la force de l’attaque, qui peut autant faire péter les infrabasses sur un kick fonctionnant à l’inertie qu’alterner les silences et les drones signalétiques pour mieux enchaîner sur de la grosse rupture noisy. Un disque court (trente-cinq minutes) mais labyrinthique, qui change en permanence son angle d’attaque pour varier sans cesse les hauteurs, en s’assurant de boucler ci et là des séquences hypnotiques qui tournent ad nauseam. On pense souvent aux travaux de Gescom, de Ryoji Ikeda, de Frank Bretschneider, de Russel Haswell ou d’Autechre (version Untilted), habiles dans leur manière d’amener de la percussion à un ensemble déconstruit quoique vivant, d’altérer les formes et de provoquer une réaction épidermique, tout le temps. Un vrai grand disque d’electronica signalétique bien perchée. Un disque de japonais, donc.