Lamb Over Rice

Action Bronson & The Alchemist

ALC  |  2019
6 / 10
par Jeff  |  le 26 novembre 2019

Chose assez rare pour être soulignée dans le rap, Action Bronson s’en branle. De tout. Mais vraiment. Le gars n’est pas dans la pose. Ou faudrait-il plus. C’est d’autant plus remarquable que le rouquin du Queens avait beaucoup de monde à ses pieds en 2015 : la major Atlantic d’abord, qui sortait Mr. Wonderful et sa tripotée de singles en béton imparables, Vice ensuite qui en faisait le héros des foodies avec son émission Fuck that’s delicious. Avec un parcours en forme d’or en barre pour les pros du storytelling, la marque Action Bronson se vendait alors mieux qu’une collab’ Supreme x Virgil Abloh. Pourtant, depuis deux albums, Blue Chips 7000 et surtout White Bronco, le New Yorkais semble avoir tourné le dos à tout ce qui lui permettrait de mettre du beurre dans des épinards, et cet EP sorti sans le moindre effet d’annonce sur le label de son BFF et partner in crime The Alchemist en est une nouvelle preuve.

Plus que jamais adepte d’un rap qui tourne le dos aux refrains, Bronsolino ouvre les vannes sans vraiment se préoccuper de ce qu’attend le public, ou de ce qu'attend son public. Pourtant, les écoutes successives de ce véritable grower qu'est White Bronco nous l'on prouvé: c’est depuis qu’il travaille en vase clos qu'Action Bronson nous plait le plus. Certes, on ne cracherait pas sur un petit tube des familles façon « Actin’ Crazy » ou « Baby Blue », mais depuis une paire d'années, on apprend à trouver notre plaisir ailleurs, et principalement dans cette liberté totale qui anime son rap - sur le fond, la démarche se rapproche pas mal de ce que nous réserve un Earl Sweatshirt depuis Some Rap Songs. Une liberté qui se fait certes au détriment de la qualité de certains textes, ou de l’efficacité de certaines punchlines, mais qui confère par contre à l’ensemble une fraîcheur et une énergie qui nous ramènent aux débuts de l’aventure – réécoutez son Dr. Lecter sorti en 2011 et vous comprendrez où nous voulons en venir.

Sur ce nouveau projet dont il a une fois encore géré l'artwork, Action Bronson travaille en totale alchimie avec un producteur qui lui a offert son meilleur titre (« Easy Rider ») et l'une de ses meilleures mixtapes (Rare Chandeliers), et le comprend comme peu d'autres savent le faire, hormis peut-être Party Supplies. Davantage dans le plaisir de rapper que dans l'efficacité à tout prix, Action Bronson déambule sans but précis sur des productions dont les samples sont un nouveau témoignage des talents de digger de The Alchemist - on pense notamment à l'imparable "Dmtri" et son sample de Roberto Carlos (le musicien portugais, pas l'extra-terrestre brésilien). Mais ce disque est aussi le reflet d'une certaine forme de paresse qui anime Bam Bam depuis quelques années maintenant, et qui est assez patente en live : "Just The Way It Is" date d'il y a 5 ans (on le trouve sur YouTube sous le nom de "Diagnosis") tandis que "Descendant of the Stars" est le générique d'une émission de Vice qui a quelques années au compteur également. Bref, aimer Action Bronson en 2019, c'est accepter de se laisser séduire par des demi-projets n'exploitant certes pas l'immense talent du bonhomme, mais qui le révèlent sous un jour plus attachant que jamais.