La pantoufle

Forever Pavot

Born Bad Records  |  2017
7 / 10
par Hugo  |  le 29 novembre 2017

Pour comprendre tout l'intérêt de La pantoufle, le second album de Forever Pavot, un petit cours d'anatomie pénienne s'impose.

Un jour, une amie anglo-saxonne m'a confié qu'il existe dans la gent féminine une typologie secrète permettant de diviser les hommes en deux catégories apparemment bien distinctes: les shower et les grower. Le shower est doté d'un gros sexe au repos, dont la taille ne varie pas ou peu une fois actif, tandis que l'attribut du grower est de taille modeste à l'arrêt et croît de façon conséquente une fois stimulé. Cette catégorisation des zboubs s'applique de façon parfaitement analogue à la musique pop.

On a tous en tête des shower qui n'hésitent pas à nous coller au visage leurs attributs dès la première écoute mais sans réussir à pénétrer profondément nos cerveaux et nos cœurs. Vous les voyez chaque mois chroniqués dans nos pages, j'en tiens pour exemples récents les derniers Alvvays, Turnover ou Beach Fossils. Le grower, quant à lui, est une espèce plus rare qui se dévoile moins facilement. Victime de brimades sous les douches collectives quand il était enfant, ils subit souvent le même dédain de la part des maisons de disques. Un employé de Warner Music m'a par exemple raconté que c'est ainsi que le cultissime Forever Dolphin Love de Connan Mockasin, grower parmi les grower, s'est vu vulgairement refoulé de leur catalogue lors d'une réunion d'équipe en 2011.

Avec La pantoufle, Forever Pavot vient rejoindre le cercle fermé de cette seconde catégorie. Car on est loin ici de l'immédiateté de l'excellent Rhapsode sorti il y a trois ans. Les premières écoutes laissent autant circonspect sur la forme de l'objet que sur celui de sa quête (une pantoufle égarée). On reste pourtant là en territoire pop, mais les compositions refusent toute facilité dans leurs structures, et servent avant tout à appuyer un récit qui installe progressivement un climat absurdement dramatique à l'œuvre, tel un épisode de Miss Marple à la halle aux chaussures.

C'est comme toujours ultra-référencé cinématographiquement, au point d'imposer à l'auditeur une mise en scène précise. Le clavecin installe un décors châtelain et le funk psyché du duo guitare/basse nous ramène dans les années 70, tandis que l'urgence de la batterie offre à la narration un montage haché. De la belle ouvrage au hors-champ évocateur, qui vient nous rappeler la pertinence avec laquelle la formation d'Emile Sornin nous avait déjà permis lors de leur dernière tournée de retomber en enfance à Moulinsart. Les présences autour de lui de Benjamin Glibert et d'Adrien Soleiman d'Aquaserge sont prégnantes. Le sens du contre-pied dans les arrangements et la couleur globale de la pantoufle évoquent de façon évidente le magnifique Laisse ça être sorti plus tôt cette année.

Avec Forever Pavot, Born Bad Records peut se targuer de compter dans son effectif l'un des derniers dépositaires d'un style et d'une période trop méconnus de la plupart d'entre nous. Fils spirituel de François de Roubaix, il inscrit son œuvre dans un cadre qui joue autant avec nos oreilles qu'avec notre imaginaire, même si on est en droit de se demander si ce registre ne sera pas un jour trop restreint pour son brio.

Le goût des autres :