Dump Gawd : Hommy Edition

Mach-Hommy

 |  2017
8 / 10
par Jeff  |  le 20 juin 2017

Lil B est une légende. Mais il est une légende de l’internet, un peu au même titre que Swagg Man, le boule à Kim Kardashian ou le Star Wars Kid. Avec ses projets par dizaines, un activisme qui confine au ridicule et une telle omniprésence sur la toile qu’elle a fini par provoquer l’indifférence, le Based God s’est transformé en mythe insaisissable, en caricature de son personnage suscitant autant l’admiration que les moqueries. Dommage pour un artiste dont le talent est hors norme, et que seuls les gens qui ont vraiment trop de temps libre sont en mesure de comprendre. Mach-Hommy n’en est pas encore là, mais on ne lui souhaite pas un destin similaire à celui d’un petit prince du cloud rap qui n’a plus rien sorti depuis des mois - et ceux qui le connaissent comprennent qu'il ne doit pas aller bien. 

Mach-Hommy, ce n’est donc rien de moins que le secret le mieux gardé du nouveau boom-bap. Un Haïtien délocalisé dans le New jersey qui a décidé de rapper tout le temps, sans apposer le moindre filtre sur son oeuvre, sans jamais brider sa productivité. Ce qui veut dire qu’on en est à la moitié de l’année et que Mach-Hommy a déjà 5 projets à son actif - avec une grosse préférence pour Dollar Menu, enregistré avec un autre stakhanoviste des allées sombres, Tha God Fahim. Mais pour cette nouvelle sortie, réalisée une fois de plus avec Tha God Fahimon frise un peu le ridicule: Dump Gawd : Hommy Edition est disponible sur Bandcamp, au prix de 77,77 $. On a beau aimer le mec et voir apparaître les noms de The Alchemist et Earl Sweatshirt dans les crédits de production, on a horreur de se faire entuber avec le sourire. Heureusement pour Mach-Hommy, on a ravalé notre rancoeur et on a filé sur YouTube, où quelqu’un semble avoir été assez fou pour mettre le main au portefeuille et partager avec la communauté le fruit de ses achats. 

Et on l’en remercie. Car si Dump Gawd : Hommy Edition ne se démarque pas des autres projets de Mach-Hommy sortis cette année, il partage avec eux une impressionnante constance dans la qualité proposée. On ne trouve pas de tubes sur les albums de Mach-Hommy, mais juste assez de titres imparables pour se dire que ce MC a vraiment quelque chose que les autres n'ont pas: une personnalité qui irradie sous ses airs de nonchalance d’abord, et une classe totale qui évoque tous ces soldats de la crasserie à l’ancienne - on pense aux true OG’s du Wu-Tang, mais aussi à la clique Griselda Records de Westside Gunn, au daron Roc Marciano ou au Joey Bada$$ de la tape 1999. Et puis enfin comment ne pas citer le maître absolu du rap sans refrains, MF Doom. Toutes ces influences se diluent élégamment dans le rap de Mach-Hommy, MC d’exception à qui l’on promet déjà un destin de loser magnifique dans un rap jeu trop codifié pour le laisser exister.