Jeunes Pousses vol. 9

Pour lire les morceaux sur cette page, vous devez posséder flashPlayer et autoriser javascript

On en avait déjà parlé au moment du volume 8 des Jeunes Pousses, on le redit aujourd’hui : cette compilation est née dans la souffrance. Pas physique, non (on s’entend tous plutôt bien dans l’équipe). Mais bel et bien mentale. Une compilation Jeunes Pousses, c’est une question de choix. On aurait pu y mettre une petite centaine de groupes. Tous excellents, tous dans notre iPod à l’heure actuelle. Mais il a fallu choisir. Mais après : quel titre mettre en avant ? Bref, nous avons livré une bataille. Sur plusieurs continents, de l’Afrique du Sud à la Belgique en passant par les Etats-Unis ou l’Italie. Dans tous les registres, parce qu’on aime bien se compliquer la vie. Pop pour Mammal Club, Gomina et Fastlane Candies, tendance électro chez Thomas Azier et Plugs… Il y a de la réverb’ aussi, beaucoup même. Et surtout de grandes mélodies. Nous sommes très fiers de cette compilation, qu’on aura mis plusieurs mois à mettre sur pied. Nous le sommes encore plus en imaginant d’ici vos oreilles réjouies. Bonne écoute.

 

Télécharger la compilation (117Mo)

  • Petite Noir

    Disappear

    A la rédaction de Goûte Mes Disques, on est pour le mélange des genres, pour autant que ce soit fait avec goût et bon sens. Félicitons donc le Sud-Africain (né à Bruxelles de parents congolais et angolais) Petite Noir pour sa célébration réussie du mariage de la new wave la plus sombre avec l’electro pop la plus sirupeuse. Il y a du Morrissey par ici, un peu de post-punk par là, et beaucoup de personnalité pour saupoudrer le tout. Un melting pop réussi qui ne demande qu’à cartonner.

    www.facebook.com/petitenoir1
    Lire le fichier

  • Plugs

    White Light

    Plugs, c’est l’histoire de deux Anglais qui décident un beau jour de mettre dans un gros mixer l’intégralité de leur discothèque, mélangeant allègrement la pop la plus pute (ces mélodies ne mentent pas, elles sont taillées pour les foules), le krautrock, le jazz (on galère à suivre par moments) et l’électro. Touriste autant que puriste, Plugs refuse de choisir, et se promène dans la grande Histoire de la musique, et nous avec. D’ailleurs, c’est signé sur Eurostar Records. Comme quoi on ne dit pas que des conneries.

    www.eurostarrecords.com/bands/plugs/
    Lire le fichier

  • Thomas Azier

    Red Eyes

    Je ne sais pas du tout qui est ce garçon. J’ai lu quelque part qu’il était parti vivre à Berlin. Comme ça. Je ne sais même pas si c’est vrai. Sur le web circulent quelques titres. On en sort ravagé. De là, Thomas Azier a le choix: devenir une grande voix au sens noble du terme (comme un Chris Isaak teinté d’électro, et forcément moins has been), ou un grand artiste au sens Killers du terme. Il y a un peu des deux ici. Mais nous on sait déjà de quel côté on voudrait voir pencher la balance…

    thomasazier.com
    Lire le fichier

  • HAIM

    Forever

    Dis, tu crois au coup de foudre ? Oui. Trois fois oui. Une fois pour chaque membre de HAIM (qui, tant physiquement que dans le domaine de compétence, n’ont pas grand-chose à voir avec notre Laurence nationale). Belle pop teintée de R’n’B, belles personnes. On pense un peu aux Runaways, pour le côté girl power. Mais on pense surtout que pour ces trois donzelles au look soigné et aux mélodies finement ciselées, Los Angeles sera bientôt trop petit. D’ailleurs, elles seront bientôt de passage en Europe pour une poignée de dates en salle. Vous pourrez pas dire qu’on ne vous avait pas prévenu…

    haimtheband.com
    Lire le fichier

  • Sun Airway

    Close

    ”I tried to get close to you”. Difficile de s’enlever cette phrase de la tête après l’écoute de « Close ». Cette petite montée en puissance vocale, ces boucles empruntées à Caribou, ce synthétiseur piqué ni vu ni connu à The Cure… En grec, Philadelphie, ville d’origine de la petite bande, signifie « amour fraternel ». C’est peut-être un détail pour vous, mais le premier album, « Soft Fall » transpire de cet amour.

    sunairway.com
    Lire le fichier

  • Heavenly Beat

    Faithless

    Derrière Heavenly Beat, il y a John Penna, déjà membre de Beach Fossils. En un mot comme en cent, ce mec transpire la classe. Poursuivant dans la lignée de ses premiers efforts discographiques, John Penna creuse le sillon d’une pop évidente, simple sans être simpliste. Ici, les cordes les plus sophistiquées côtoient une guitare lo-fi bien dégueu. Paru au milieu de l’été, le premier album de Heavenly Beat s’appelle « Talent ». Pas mieux.

    www.facebook.com/heavenlybeat
    Lire le fichier

  • Goldroom

    Fifteen

    Lui, c’est Josh Legg. Un Californien, membre de NightWaves. Qui, sur son temps libre, décide de créer Goldroom, projet parallèle à base de synthétiseurs vintage et de chœurs féminins. Accompagné ici de l’australienne Chela, il signe ici la B.O. parallèle de « Drive » (si tu crois entendre du College ou du Kavinsky ici, tu es dans le vrai). Los Angeles, la route, une voiture cabossée… Et Goldroom en cassette. Tout est là.

    www.facebook.com/goldroomtunes
    Lire le fichier

  • Holidays

    Holes

    Cette compilation Jeunes Pousses fait la part belle aux chansons de plage, au moment où justement les beaux jours s’éloignent. Ne nous remerciez pas, c’est un plaisir. Oui, les vacances sont loin. Tu souhaites y retourner ? Holidays, tout simplement. On dirait The Drums, un peu. Le clip de « Holes » les montre courant sur la page, cheveux au vent. Il y a même quelques balançoires. C’est régressif, c’est léger, c’est sucré. Et c’est surtout très bon.

    www.facebook.com/holidaysband
    Lire le fichier

  • Eternal Summers

    Millions

    Au départ, un duo. Formé dans un trou paumé nommé Roanoke, en Virginie, par Daniel, batteur, et Nicole, chanteuse et guitariste. Un projet pour tuer le temps, rien de plus. On les imagine par la suite presque surpris d'arriver à quelque chose, et faire appel à leur pote Jonathan pour compléter le tout, à la basse. Bilan: une pop adolescente dont les thématiques tournent autour de la fête et des amours déçus. Ce que nous ne sommes pas le moins du monde devant la délicatesse de la chose.

    www.facebook.com/eternalsummers
    Lire le fichier

  • Jonathan Boulet

    You’re A Animal

    22 ans à peine, et ce petit surdoué australien de Jonathan Boulet en est déjà à son deuxième album. Sans renier son amour pour le DIY, la pop se fait ici un peu moins foutraque. Sur « You’re A Animal », on perçoit du Mystery Jets, du Nathan Fake. Presque du Sham 69 (pardon hein). C’est immédiat, c’est un cri du cœur. L’urgence mes amis, l’urgence. 22 ans à peine, et pas le temps de se poser. La jeunesse dans toute sa splendeur. Boulet se rêve en roi de la jungle, et y va à fond.
    jonathanboulet.com
    Lire le fichier

  • Rape Blossoms

    Ragged Figures

    Ce chant, plus qu’hésitant. Cette réverb’, terriblement datée. Au premier abord, on se dit qu’on est tombé au mauvais endroit, au mauvais moment. Puis, on réalise qu’on est à Gand. Clairement pas la ville que l’on avait imaginée pour ressusciter le fantôme de Test Icicles. Notre attention piquée au vif, on tente une seconde écoute. Un peu plus simple, mais pas beaucoup plus. Puis, presque sournoisement, « Ragged Figures » nous colle à la peau, comme la crasse à la semelle des pompes avec lesquelles ce trio flamand explose la tronche au rock bon enfant de ta grand-mère exilée fiscale.

    www.facebook.com/rapeblossoms
    Lire le fichier

  • Mammal Club

    Painting

    C’est quelques jours à peine après avoir choisi cette chanson pour la compilation Jeunes Pousses que les Anglais de Mammal Club annoncent leur séparation. Wilson, Colin et Adam vont nous manquer. Leurs refrains mélancoliques aussi, de même que ces jolies vidéos tournées avec les moyens du bord. Alors que l’on s’apprête à arrêter de parler d’Alt J (laissons-les un respirer), il y avait une place à prendre sur le créneau de meilleur groupe anglais du monde de la semaine. Tant pis pour eux. Tant pis pour nous.

    mammalclubrip.blogspot.be
    Lire le fichier

  • Gomina

    Everywhere

    Décidemment, il se passe quelque chose à Caen. Superpoze, Granville, Jesus Christ Fashion Barbe… Dans la catégorie des parrains, il faut désormais compter sur Gomina et leur premier album, « Into The Sunny Gray » (ce joli titre). Quelque part entre les Kinks et Grandaddy, le quatuor a décidé de poser ses valises et de faire le plein de mélodies pour l’été, et plus si affinités. On mettra plus de temps à s’en lasser qu’à trouver la marmotte sur la pochette.

    www.facebook.com/gominagetcha
    Lire le fichier

  • Fastlane Candies

    Be Like You

    Un groupe indie belge. Et premier EP paru l’année dernière sur JauneOrange. Mais surtout des mecs qui ont assez d’envie et de talent pour prétendre à la carrière de dEUS. Ce qui n’est pas l’idéal ces derniers temps, on vous l’accorde. Mais ce n’est pas bien grave, car on sent que s’ils continuent sur la lancée d’un titre aussi sobrement efficace que « Be Like You », ces quatre Liégeois ne devraient pas avoir de mal à se faire une belle petite place au soleil.

    www.facebook.com/fastlanecandies
    Lire le fichier

  • I’m Not A Band

    Woody (emo house edit)

    Au départ, il y a Stephen Jung. Un musicien classique, amoureux des violons. Puis, transformé par quelques séjours du côté de Londres et de Berlin, la passion se fait tentation, et l’orchestre devient machine. Associé à Kassandra, jolie voix, joli minois, le duo vit en club et livre une poignée de pop songs tendance disco. La pochette de « Woody » dévoile les deux jeunes gens en transe. On appelle ça un spoiler.

    www.imnotaband.com
    Lire le fichier