Avant de devenir pote avec Diego Cortez Salas, la frange bruxelloise de la rédaction a surtout appris à le connaître pour ses talents de producteur, de DJ et de programmateur pour le Mr. Wong, un club bruxellois qui n’aura jamais eu le temps d’installer le genre de programmation qu’une ville comme Bruxelles méritait pourtant - après, c’est pas comme si Bruxelles n'était pas prête à accueillir des gens comme Gilb’r, Fort Romeau ou Lauer, enfin soit. Depuis la fin de l’aventure Mr. Wong, DC Salas n’a fait que monter en puissance, en tant que DJ d’abord, aux côtés de Mugwump ensuite (il a un temps participé à l’aventure live du projet), pour aujourd’hui prendre réellement son destin de producteur entre ses propres mains, avec un premier album sur Biologic Records, le label qu’il gère avec son BFF Abstraxion.

A bientôt 30 ans, le Bruxellois passe donc un vrai cap avec The Unspoken, soit 10 titres qui permettent à DC Salas de faire parler sa science du dancefloor certes, mais le voient surtout exprimer une vraie sensibilité pop et mélodique qu’il tente d'insuffler sur la longueur d’un album qu’il faut prendre comme un tout, cohérent et unifié. Pour ceux qui connaîtraient mal notre homme, cela veut donc dire qu’en une cinquantaine de minutes, DC Salas tente de faire convoler en justes noces le son historique de chez Kompakt et l’approche décalée de gens comme Roman Flügel ou Ivan Smagghe, en n’oubliant jamais que les albums de groupes comme The xx ou Caribou font saigner son petit coeur et influent directement sur sa manière de percevoir l’album en tant qu’objet ayant un début, une fin et un milieu.

Mais comme on n’est jamais mieux servi que par les gens qui font la musique, on a demandé à DC Salas de nous expliquer The Unspoken titre par titre, histoire qu’on ne raconte pas de conneries au sujet d’un beau bébé qui aura mis le temps pour pointer le bout de son nez. 

Intro

Ce track a été la première étincelle de l'album. Le truc qui m'a fait me dire que j'étais musicalement prêt. L'idée du morceau est partie d'une prise de son retrouvée au fin fond de mon disque dur et issue d'un passé lointain. C’est celle-ci qui ouvre le morceau et a été réalisée par hasard par la personne qui est à la racine même de la création de l’album. C’est un peu ma manière de l’inclure dans ce disque. De plus, j’ai toujours été fasciné par la manière de travailler les prises de sons urbains d’un mec comme Burial. Ca m’a poussé à tenter le truc pour lancer l’album. 

Silently

Un des trois titres de l'album produit en collaboration avec les Joy Wellboy. C'est une longue histoire d'amitié avec ces deux-là: je les ai accompagnés en live pendant un temps, et je les ai remixés à trois reprises. Du coup, ça me paraissait normal de les avoir sur le LP. Et malgré la distance (ils habitent Berlin), ça s'est passé très naturellement. J'ai envoyé tout l'album, Joy m'a renvoyé trois morceaux agrémentés de parties vocales. De son côtén Wim a rajouté ses arrangements et l'affaire était bouclée. "Silently" est le titre que je préfère jouer live.

Victor

Un des titres un peu plus "club" de l'album. C'est le préféré de pas mal de potes et du coup, un de ceux que je joue le plus en dj set. Il est né de quelques expérimentations avec un tout nouveau synthé que j'avais ramené au studio. Le titre est un souvenir de la rue où je vivais lors de la genèse du disque. Un lieu qui me lie au meilleur et au pire, littéralement.  

Niños

Haaaa Niños. Enfin un track finalisé en compagnie de Anthony aka Mirror Minds. Ce mec plein de talent est aussi aux commandes de tous les visus de l'album. Ce titre est né par hasard, autour d'une bonne bouteille de vin avant d'aller au Fuse voir Paranoid London et Funkineven.  C'est la seule fois qu'on se lançait dans un morceau sans "fixer un rendez-vous" et c'est l'unique morceau qu'on a réussi à finir. Notre projet Los Niños Del Parque sortira bientôt un EP, c'est promis.

Cala Falco

Le premier single de l'album, sublimé par la voix de Joy et la subtilité de Wim. Il est l'illustration de la volonté plus mélodieuse et posée de l'album. Je vous laisse googler le nom. C'est un souvenir de vacances, un regard vers un passé assez ensoleillé et rempli d’amour. 

The Unspoken

Le titre de l'album. Il représente bien le fil rouge du LP: de la mélodie et pas mal d'émotions que l'album m'a aidé à exprimer. Si je devais rattacher la philosophie du disque à un groupe que j'aime, je dirais Subway. Leur gestion des arpèges, des nappes et des émotions m’a vraiment inspiré dans mon envie de partir dans quelque chose de moins club, sans partir dans le cliché de l’album « ambient ».

Enfant Bruit

Un titre plus "dancefloor friendly", mais aussi un titre en forme de clin d'oeil à la célèbre djette Kemix. Parce que ce disque c'est aussi un grande histoire d'amitié: du mix, à l'artwork tout en passant par le titre des tracks. Et tant qu'on en est à parler dancefloor, je m'en voudrais de ne pas évoquer le nom de Manfredas. Ce mec est une de mes plus grosses claques musicales de ces dernières années. Outre le fait d’être un mec en or, ses productionss sont singulières, crasseuses et te réveillent n’importe quel dancefloor. L’écouter m’a poussé à expérimenter plein de trucs en studio. 

This Love

Le seul titre qui a été créé a une autre période. 80% des maquettes du LP on ete réalisées en une semaine de congé. Je sentais la nécessité de faire ressortir pas mal de choses. "This love" a été réalisé en retour de soirée, peu après le reste de cet album. J’ai toujours aimé m’enfermer en studio une petite demi-heure en rentrant de club, afin d’y poser tout ce que la nuit m’a inspiré. 

Everything happens for a reason

Troisième collaboration de l'album avec Joy Wellboy. Le titre fait référence à une phrase que Joy m'a prononcé un été sur la plaine du Dour Festival. Et qui résume totalement l'état d'esprit de ce disque et de la situation que je vivais à ce moment précis. 

She's lost

Un track plus breaké. J'avais envie d'explorer d'autres terrains sur l'album. J'ai eu la chance de faire mixer ce morceau à Marseille, au Malmousque, avec l'ancien ingé son de IAM. Il a été aux commandes de leurs plus beaux albums. Un joli moment !

 

Pour écouter The Unspoken dans son intégralité, ça se passe sur Spotify: