Converge

Le Trabendo, Paris, le 25-08-2017 | par Alex le 04-09-2017
Première partie: Revocation, Gorguts, Havok

Converge a beau régulièrement être de passage en terres européennes, l’engouement qui entoure leurs prestations ne semble pas fléchir et n’en reste pas moins hautement respectable pour ce légendaire groupe dont la discographie vénérée semble toujours plus s’enrichir au fil des années. Leur faculté à s’entourer en tournée de groupes prometteurs ou confirmés, aux styles diversifiés, ne fait qu’accroître l’intérêt que porte le public à chacune de leurs venues. La mention « complet » sur l’affiche du soir vient confirmer que le quatuor de Boston est à nouveau très attendu dans la capitale française. En cette chaude soirée, les t-shirts à l’effigie de l’iconique Jane Doe fleurissent dans le Parc de la Villette et convergent (désolé…) tous vers le Trabendo, antre atypique de 700 âmes. 

C’est Revocation, Gorguts et Havok qui ont pour mission d’ouvrir le bal du soir, mis sur pieds par Kongfuzi Booking et My Favorite, mais autant le dire tout de suite, l’axe Bruxelles-Paris et ses aléas automobiles ne nous auront permis de ne voir que les dernières secondes d’Havok qui semble tout de même avoir réussi à faire headbanger en rythme le public parisien déjà bien présent. Précisons qu’il s’agissait de la dernière date de la tournée avec ces groupes avant que Converge ne joue le lendemain son ultime date européenne à Tilburg avec nos compatriotes de Supergenius.

3 mois après dévoilé Jane Live, concert enregistré au Roadburn Festival durant lequel le groupe a rejoué son album culte en entier, et avant de proposer un nouvel album prévu pour la fin de l’année, c’est un peu en mode « entretien de la machine » que Converge est de retour en territoire français. 22H20, les 4 gaillards viennent une dernière fois vérifier eux-mêmes leurs instruments et affichent déjà de larges sourires avant même d’avoir entamé leur premier morceau. Il faudra attendre 10 minutes de plus pour voir Jacob Bannon, Nate Newton, Kurt Ballou et Benjamin Koller s’emparer de la scène devant un public parisien déjà extrêmement suintant et jovial.

« You’re ready ? Are you sure ? Then let’s go ! » annonce le chanteur avant de lancer le rythme galopant de "Dark Horse" qui sert de préambule aux hostilités. "Aimless Arrow" se fait ensuite entendre, suivi par "Under Duress", nouveau single aux riffs vicieux dévoilé il y a peu et sur lequel Kurt Ballou hurle le refrain avec un regard de possédé. Un constat d’entrée de jeu : si le groupe est peu loquace sur scène, le public en a décidé autrement et le fait chaudement ressentir en acclamant le groupe à chaque fin de morceau ou en multipliant les stage dive et danses d’usage, déclenchant presque des regards surpris des musiciens devant un telle réception.

Dans l’ensemble, la prestation est d’excellente facture : Le chant de JB est toujours aussi rauqe, Newton fait ronronner sa basse en se pliant en deux comme un démon et assure également avec brio ses parties vocales. Nul besoin de s’attarder sur la prestation rythmique sans faille de Koller et l’inénarrable Ballou toujours aussi appliqué. Converge démontre aussi qu’il sait savamment concevoir sa setlist en piochant dans ses albums les plus récents (Axe To Fall et All We Love We Leave Behind, étant les plus représentés ce soir). L’alternance entre moments plus lents et pesants, à l’image de cette solide doublette "Worms Will Feed/Rats Will Feast" + le nouveau titre "Eve" (présent sur la Face B du nouveau single mais pas sur le nouvel album) et d’autres passages beaucoup plus dévastateurs, fait totalement mouche et donne de l’épaisseur à ce concert d’une heure qui passe crème. On ne pourra que regretter que l’absence de titres période You Fail Me, l’album remontant tout de même à 2004, ce n’est que peu surprenant…

Converge clôture cette soirée bouillante avec le monolithique "Jane Doe" en rappel et vient prouver si besoin était qu’il possède l’un des bagages discographiques les plus solides du punk hardcore de ces 20 dernières années et toute l’expérience scénique qui en découle. Leur prochain album, intitulé The Dusk In Us, sortira sur Deathwish Inc via Epitaph Records le 3 novembre prochain et pour les quelques nouveaux titres que l’on a pu découvrir pour la première fois en live ce soir, on ne peut franchement que s’en réjouir.

 

Setlist:

Dark Horse
Aimless Arrow
Under Duress
Trespasses
All We Love We Leave Behind
Predatory Glow
Reap What You Sow
Cutter
Worms Will Feed/Rats Will Feast
Eve
I Can Tell You About Pain
Eagles Become Vultures
Concubine

Rappel: Jane Doe

res.cloudinary.com/my-favorite/w_700,q_auto/v1497439644/medi