Warm Tonal Touch

Blawan

TERNESC  |  2015
7 / 10
par Jeff  |  le 9 juin 2015

Si les clubs ‘historiques’ de la techno encore ouverts en 2015 résistent à la hype et restent de véritables sanctuaires pour les amateurs, il suffit d’aller traîner ses guêtres dans n’importe quel festival où la techno fait (pour le moment) partie des meubles pour comprendre que sa popularité tient plus de l’essorage que de l’essor.

Prenez Blawan: l’Anglais est aujourd'hui une valeur sûre auprès des vrais amateurs de techno, qui doivent composer avec les hordes de chiqueux incapables de citer un titre du type (enfin, qui ne soit pas « Why They Hide Their Bodies Under My Garage? »), de citer le nom de son partner in crime au sein de Karenn, où d’avancer avec certitude le nom d’un label sur lequel il posé. N’y voyez pas un accès gerbant d’élitisme de notre part, mais simplement le constat que pour se dire amateur d’un genre, il ne suffit pas d’en vénérer les trois têtes de gondole et montrer ses plus belles sapes dans les allées du Weather ou à un event sponsorisé de la Boiler Room. 

Bref, si tout le monde sait qui est Blawan et a entendu suffisamment de bien à son égard pour ne pas vouloir le louper quand il est de passage, rares sont ceux qui sont au courant de la création toute récente de sa structure TERNESC, sur laquelle le Londonien a gentiment accepté d'essuyer les plâtres avec un 12". Et pour cet EP qui est sa première sortie en solo depuis 2012 (l'EP His He She & She), Blawan a choisi de creuser un peu plus encore le sillon techno modulaire, s'inscrivant ainsi dans le droit fil de ses expérimentations avec Pariah (SHEWORKS004 et SHEWORKS006) ou de ses récentes prestations aux platines. 

Warm Tonal Touch, ce sont 4 titres rugueux comme du papier abrasif, monolithiques dans leur structure et rachitiques dans leurs ornements. Bref, on est très loin du Bohla EP pour R&S Records, quand un Blawan encore débutant mélangeait dubstep et acid pour un résultat tout bonnement stupéfiant. En bon djihadiste du kick qu'il est (devenu), la radicalisation s'est opérée lentement mais sûrement. Une mutation qui accouche aujourd'hui d'un EP plutôt inégal. En effet, sur les quatre titres de Warm Tonal Touch, seul l'inaugural "Talatone" nous fout vraiment des frissons et risque fort de truster pas mal de flight cases cet été. Encore plus agressif dans ses intentions, "Slow Mick" est lui aussi d'une efficacité certaine. Ailleurs sur l'EP, on est dans une techno un peu trop kilométrique, qui oublie de donner un peu de relief à sa composition. 

Bref, Warm Tonal Touch est loin d'être la ligne la plus indispensable de la très belle discographie de Blawan. Et comme on part du principe que vous êtes probablement nombreux à mal la connaître, utilisez les nombreuses références au back catalogue ici présentes (et certainement pas insérées par hasard...) pour un peu vous familiariser avec le travail d'un des producteurs les plus talentueux de sa génération.

Le goût des autres :