Tough Love

Pulled Apart By Horses

Cooperative Music  |  2012
6 / 10
par Jeff  |  le 24 janvier 2012

Une écoute distraite d’un album de Pulled Apart By Horses ne permet peut-être pas de déceler toutes les subtilités de la musique des Anglais. Ce constat est encore plus flagrant si vous avez la chance d’assister à un de leurs concerts, où le public est majoritairement composé d’ados boutonneux qui transpirent dans la fosse les trop nombreuses bières fortes qu’ils ont ingurgité comme des pauvres saoulards devant la salle. Il faut dire que la musique du groupe de Leeds est idéale pour tout qui a un besoin impérieux de se délester d’un trop-plein d’agressivité juvénile.

Pourtant, derrière des apparats punk et hardcore, les mecs de Pulled Apart By Horses ont toujours caché une certaine sensibilité pop, un sens de l’humour évident (en témoignent certains titres de leurs chansons) et un sens de la mélodie qui fait mouche. Tout cela a donné en 2010 un premier brulot éponyme, porté par une volée de singles aussi imparables les uns que les autres – « Back to the Fuck Yeah » et « High Five, Swan Dive, Nose Dive » en tête –, et de placer le groupe sur une carte où il se voyait entouré de bourgades agitées du nom de The Jesus Lizard, At The Drive-In, The Blood Brothers ou McLusky.

On connaît la chanson : qui dit carton un brin inattendu pour sa première réalisation dit pression maximale pour le fameusement surestimé « disque de la confirmation ». Pression qui a d’ailleurs souvent tendance à pousser les groupes un peu frileux à jouer la carte de la redite, avec des fortunes diverses. Et dans le cas de Pulled Apart By Horses, si on ne peut pas dire qu’on est dans le ratage intégral, on ne nous a pas non plus pondu le disque qui finira de faire taire les mauvaises langues qui ne voient dans le groupe qu’un pourvoyeur de déflagrations sonores très bêtes et pas bien méchantes. Plus que certainement la faute à la formule diablement efficace qui a malheureusement été appliquée à des morceaux moins percutants, moins tranchants, et tout simplement moins bien écrits. Certes, Tough Love contient son lot de singles potentiels (« V.E.N.O.M », « Shake Off The Curse » ou « Some Mothers ») mais ces quelques arbres flamboyants ne sauraient cacher une forêt de titres plutôt communs qui ne demandent peut-être qu’à être magnifiés en live, une pratique où le groupe excelle et où on l’attendra au tournant dans les prochains mois. Tout n’est donc pas perdu.