Ransom 2

Mike WiLL Made-It

Def Jam Recordings  |  2017
8 / 10
par Jeff  |  le 6 avril 2017

Finalement, nos attentes à l'égard de Mike WiLL Made-It sont simples: on veut du putain de gros banger qui fait des centaines de millions de vues sur YouTube. Et du putain de gros banger qui fait des centaines de millions de vues sur YouTube, cela fait quelques années que le dénommé Michael Len Williams II nous en sert avec une régularité affolante et que le gotha du rap se paie les services du natif d'Atlanta, qui est aussi une sorte de Phil Spector de la trap à ses heures perdues - Rae Sremmurd est sa chose. 

Et si depuis la sortie de la première mixtape Ransom (en 2014) Mike WiLL a su rester très haut dans la chaîne alimentaire, c'est auréolé d'un profil d'incontournable qu'il débarque avec Ransom 2, une compilation qui a le statut d'album officiel comme pour bien prouver qu'on ne joue plus dans la même catégorie.

Après, et on en revient à ce qu'on disait au début, Mike WiLL Made-It ne s'est jamais vraiment soucié du format sur lequel terminait ses créations: que ce soit pour être crédité sur l'album d'une superstar (le "Formation" de Beyoncé, c'est lui, le "HUMBLE" de Kendrick Lamar, c'est aussi lui) ou balancer une pépite sur la mixtape d'un rookie, Mike WiLL Made-It a surtout un souci d'efficacité et de perfection qui anime tous ses travaux. 

Par ailleurs, bien qu'il fasse partie de ces producteurs qui tracent les lignes plutôt que de les regarder bouger, l'Américain aura toujours eu l'intelligence de ne pas travailler de manière dictatoriale, usant d'un squelette (une lourdeur glaçante rehaussée d'une touche un peu funky qui donne un relief fou à tous ses titres) qu'il est en mesure de moduler et d'adapter, parce que Future n'est pas Gucci Mane, et que YG n'est pas Lil Yachty

C'est en cherchant en permanence ce juste milieu que Mike WiLL trouve immanquablement le bon équilibre - dans la foulée, son génie mélodique et sa science de la 808 font le reste. Et si ce go-to-guy d'exception a tendance à exister au travers de rappeurs qu'il propulse sous les projos, il est bon que son oeuvre soit véritablement célébrée le temps d'une compilation qui, en plus de réunir tous les noms qui comptent dans le rap en 2017 (hormis Drake et A$AP Rocky, ils sont tous venus), témoigne du véritable génie et de l'irrésistible versatilité d'un producteur dont le règne semble loin d'être terminé.

Le goût des autres :