LAÏLA

Khali

Try To Live  |  2021
8 / 10
par Elie  |  le 9 juin 2021

Les dires se sont confirmés : après une poignée de coups d'éclat et des critiques élogieuses depuis une petite année, Khali est parvenu à transformer l'essai. Car les tweets dithyrambiques et les commentaires YouTube ne suffisent pas à constituer la relève tant attendue du rap français - heureusement d'ailleurs, cela ferait beaucoup de rookies à écouter. Avec LAÏLA, le jeune Bordelais prouve au monde qu'il n'est pas un simple MC chanceux, dont la seule voix nasillarde suffirait à le démarquer d'un game grouillant et pullulant. Non, ce onze titres dépasse toutes les attentes d'un auditeur trop facilement blasé.

On peut probablement dater la première apparition remarquée de Khali à "VILAIN", titre issu du projet KOLAF du producteur Kosei et du rappeur La Fève, sorti à l'automne dernier et très apprécié des niches rapologues. On y retrouve les principaux ingrédients de la recette Khali, à commencer par un sens aiguisé de la mélodie. En y ajoutant des productions léchées ne cachant pas leurs inspirations américaines, on peut être facilement tentés de rapprocher ces petits tubes en puissance à ceux d'un certain Hamza. Mais là où le Bruxellois s'est plus ou moins contenté d'aspirer les âmes de Jeremih et Migos pour fabriquer des chansons imparables, mais dénuées de la moindre narration, le Bordelais parvient réellement à se livrer et à toucher nos cœurs sensibles. 

Tout au long du projet, LAÏLA est guidé par une sincérité et une sensibilité échorchées vives. Sublimées par une écriture précise et originale, les toplines sont parsemées d'images qui racontent beaucoup en peu de mots. Sa comparaison à une chèvre dans "ME3ZA", ses angoisses dans "LAÏLA BAÏDA", sa rupture dans "TIRE"... Les thématiques abordées par Khali restent relativement homogènes (normal pour un jeune artiste), mais les phrases qui les dépeignent sont impressionnantes de justesse. Alliées à quelques bangers incisifs, dont l'addictif "D&G" et le charmant "LA TOILE", les histoires qu'il raconte peuvent résonner de manières très différentes en chacun de nous. Si elles séduiront autant l'amateur·rice de hip-hop que l'ado en quête de flex, Khali semble, grâce à l'honnêteté de ses paroles, incarner un nouveau type de rap. Celui d'une vie d'étudiant à base de galères de thunes et de maquettes enregistrées dans une chambre de cité universitaire, et qui n'a aucune honte de s'assumer. Mais sans trop en faire pour autant : dans un monde qui semble écartelé entre la bicrave fantasmée de Koba laD et la ienclitude de 47ter, une troisième voie s'avère aussi nécessaire que salutaire. À voir qui en deviendra le messie.