It It Anita

It It Anita

Honest House  |  2014
7 / 10
par Jeff  |  le 30 juin 2014

A une époque pas si lointaine que cela, être émo ne voulait pas dire écouter des groupes tout pourlingues de pop-punk qui chantent mal leur mal-être, s’afficher avec une mèche verte ridicule et un peu d’eyeliner  histoire de hurler à la face du globe combien on badde, ou inonder la toile de vilains selfies. Non, nous les vieux cons d’aujourd’hui, on avait deux alternatives : soit écouter des groupes qui ont donné ses lettres de noblesse à un genre aujourd’hui complètement vidé de ses valeurs (Far, Sunny Day Real Estate ou The Get Up Kids, par exemple), soit se tourner vers des mecs qui ne se sentaient pas obligés de parler explicitement de leur déprime pour toucher directement nos petits cœurs qui saignaient. Ces groupes s’appelaient Nirvana, Fugazi ou Sonic Youth, et celles et ceux de nos lecteurs qui ont connu leur avènement se rappellent encore combien ceux-là n’avaient pas besoin de couiner pour nous faire chialer comme des pucelles. Chez It It Anita, c’est aux tétons de cette génération dorée du rock’n’roll sévèrement burné qu’on est allé s’abreuver, pour débarquer en 2014 et sur le label liégeois Honest House avec un premier EP qui a tout du plaisir coupable passéiste doublé de la déclaration d’intention pleine de bonnes idées. Avec ce premier EP placé sous le signe de la débauche d’énergie, le quatuor est comme la cité qui l’a vu naître, ardent. Certes, tout n’est pas parfait (y’a encore du travail à faire au niveau du chant, notamment) et il faudrait voir si ce genre d’hommage complètement assumé tiendrait la distance sur la longueur d’un album qui renvoie à tant de monuments du rock moderne, mais si vous aimez vous faire chatouiller la corde sensible et revivre vos années ‘ABL / Levi’s 501 / chemise à carreaux’, y’a pas à dire, ce premier EP fera amplement l’affaire. Affaire à suivre, donc.

Le goût des autres :

note : 77/10Yann