In A Dream

The Juan MacLean

DFA  |  2014
7 / 10
par Aurélien  |  le 14 octobre 2014

Quand on s'appelle Nancy Whang, qu'on a apporté sa science des synthés modulaires à un groupe comme LCD Soundsystem et qu'on a rempli le Madison Square Garden, on ne peut plus prétendre au Pôle Emploi. Et donc, pour fuir l'ennui de sa petite villa californienne en attendant le texto de tonton Murphy qui annoncera l'inévitable retour aux affaires, il est vital de faire marcher le carnet d'adresses. Dans l'attente donc, la voici repartie s'enfermer quelques mois durant dans le studio de cette canaille de Juan MacLean, histoire de batifoler avec lui, et surtout de voir s'ils ont toujours quelque chose à dire à quatre mains après avoir pondu de jolies choses comme The Future Will Come. Ce retour aux affaires de The Juan MacLean, particulièrement rares lorsqu'il s'agit de livrer un album, il sonne en quelque sorte le glas du règne estival d'un Todd Terje : assez dansé sur sa dance music Ikea pour cette année. "Winter is coming" comme dirait la maisonnée Stark, et il apparaît on ne peut plus de circonstance de commencer à synchroniser les BPM de son iPod avec la progressive chute des températures. Et justement, In A Dream arrive à point nommé puisque c'est exactement le genre d'album un peu froid, taillé sur mesure pour danser avec sa solitude bien à l'ombre des stroboscopes de son club préféré.

Cinq ans nous séparent de leur dernier effort discographique, mais c'est comme si c'était hier: on renoue avec ce délicat mélange entre new-wave et nu-disco, porté par une galerie de refrains imparables et de pistes rarement en dessous des cinq minutes de son. Et comme d'habitude, il y transpire toujours cette même mélancolie dancefloor pour cœurs brisés, comme en témoignent le fort joli "Love Stops Here" ou encore l'hypnotique "Running Back To You". Si In A Dream est loin de révolutionner The Juan MacLean, il témoigne néanmoins de l'alchimie toujours impeccable entre les deux copains de longue date – malgré que l'on explique difficilement la présence des affreuses guitares de "A Place Called Space" ou "Charlotte". Résultat : la Miss Whang demeure toujours aussi irrésistible dans son rôle de baby-doll électro-pop, avec sa voix langoureuse qui se débat dans ce déluge de boîte à rythmes, de guitares cold-wave et d'arpèges de synthés lunaires soigneusement cuisinés avec son comparse. Il n'y a guère que son manque de cohérence et sa laborieuse entame pour nous rappeler finalement que In A Dream ne peut pas prétendre au degré d'aboutissement de ses deux prédécesseurs. Mais ce n'est pas bien grave : In A Dream possède suffisamment de précieuses individualités et de tubes en pagaille pour nous tenir chaud cet hiver mieux que le traditionnel combo peau de bête/cheminée. Et peut-être même plus longtemps si, d'aventure, les copains de la maison DFA se décident à lui offrir la lampée de relectures qu'elle mérite...