III

Fuzz

In The Red Records  |  2020
7 / 10
par Pierre  |  le 19 novembre 2020

Si écrire le premier chapitre de Mort à Crédit n’est pas à la portée du premier couillon venu, quiconque s’essaie à la création artistique connaît l’importance toute particulière que revêtent les premières phrases d’un roman, la scène d’ouverture d’un film, ou les toutes premières secondes d’un album. Et c’est peu dire que Ty Segall excelle dans ce domaine, lui qui s’était notamment fendu des premières secondes les plus excitantes du rock de 2019, alors captées sur l’album live Deforming Lobes

Même si l’entrée en matière de ce III n’égale pas l’ouverture du live susmentionné, le gros larsen cradingue faisant office d’introduction a le mérite d’annoncer la couleur et de provoquer le largage d’une grosse rasade de sérotonine dans nos cervelles. Car en moins de temps qu’il n’en faut pour te rassoir sur ton canapé une fois le disque posé, la messe est dite : Fuzz n’a toujours pas prévu de minauder ni de tergiverser. D’ailleurs, le trio n’entend pas réformer ce qui constitue son ADN, composé en grande partie de stoner et de hard rock.  

Car si les ecchymoses provoquées par les deux premiers albums ont été depuis soignées, les Américains sont bel et bien de retour pour nous remettre une gifle de chaudronnier, le genre qui vous lance encore dans la joue le lendemain matin. Une recette miracle présidée par la Fée Electricité et toujours parfaitement maîtrisée par nos trois cuistots qui, tels des Philippe Etchebest du gros son qui ne tâche pas, restent sacrément capables, et te cuisinent ainsi un bon gueuleton joliment ficelé avec les mêmes mains de bûcherons qui sont venues imprimer leurs phalanges calleuses sur ta face quelques secondes auparavant. 

Rien de bien novateur ne s’offrira donc à l’auditeur, et c’est tant mieux. En même temps, lorsqu’on connaît la propension de l’animal Segall à multiplier les projets, seuls les béotiens et non initiés auraient pu s’attendre à autre chose que ce qui est contractuellement annoncé : un déluge de fuzz. On est bien loin du meuble Ikea auquel tu t’aperçois qu’il manque une vis après avoir sué pendant 4 heures : III est un album à la mécanique bien huilée qui, non content de faire le job, le fait avec entrain, précision, et un maximum de guitares. En somme, le power trio demeure l’une des officines les plus capables en matière de hard rock qui tâche, piochant çà et là dans le heavy, le stoner, le thrash et le garage, multipliant les titres avec une maestria inébranlable et une sagacité admirable - le tout sous l’égide de Steve Albini, tranquillement assis derrière la console de ses studios de Chicago.

Bref, III est un long format sans mauvaise surprise; sans surprise tout court d’ailleurs, mais honnêtement, qui sommes-nous pour nous en plaindre ?