Family

Le Loup

Talitres  |  2009
note : 9
9 / 10
par Nicolas  |  le 24 décembre 2009

C’est bien connu : Le Loup n’a rien d’un animal solitaire, sa structure sociale étant celle de la meute. Dès lors, il allait de soi que le projet personnel de Sam Simkoff s’étofferait en cours de route afin de devenir un groupe à part entière. De même, cela n’étonnera guère ceux qui auront vu Le Loup à l’œuvre au cours de la tournée suivant la sortie de l’initial et ambitieux The Throne Of The Third Heaven Of The Nations' Millennium General Assembly. Sur scène, les musiciens se transcendaient et l’ensemble témoignait d’une rare cohésion. On s’était donc juré de tenir à l’œil un Loup fort prometteur qui nous est revenu à l’automne avec Family, album au titre évocateur s’il en est.

Après quelques minutes à peine, on constate que de cet effort se dégage une grande homogénéité, le groupe semblant prendre corps dans une fusion tribale rappelant tout ce qui se fait de mieux en ce moment. On pourrait citer Animal Collective, Grizzly Bear ou encore Fleet Foxes mais ce serait réduire le groupe au simple rang de suiveur. Ce n’est pas tout à fait le cas puisqu’on est en présence d’une formation évoluant à un très haut niveau. Certes, la formule usitée est connue et repose sur une vague freak folk à laquelle on adjoint une bonne dose d’expérimentations et un zeste de psychédélisme. Le résultat, quant à lui, peut être qualifié de réel coup de maître, Family ayant raison de nous avec ses idées tourbillonnantes et ses chansons entêtantes. Pour peu, on les reprendrait en chœur autour du feu. La différence, Le Loup l’effectue grâce à un enchaînement de titres on ne peut plus naturel et nous menant tout droit au morceau de bravoure qu’est A Celebration. Bien sûr, on ne trouve ici aucune trace de My Girls, de Two Weeks voire de White Winter Hymnal mais cela n’a guère d’importance. Aucun des morceaux ne prend le dessus sur l’autre, tous se valent jusqu’à l’apothéose finale. De fait, on a affaire à une galette équilibrée et longue en bouche. Car si on a mis trois mois à vous parler de ce Family, c’est qu’on a pris du temps de le digérer et de le cerner. A l’explosion colorée de la première écoute s’ensuit une profonde envie de capter le plus petit détail et la moindre nuance de cette œuvre expressionniste abstraite. Au bas mot, un chef-d’œuvre.

Après s’être penché sur un Family aussi enthousiasmant, on est en droit de se demander quelle trajectoire aurait pris le disque s’il était sorti chez Domino ou Warp. Rien de tout cela. Dans nos contrées, cet effort est sorti sur le modeste mais non moins génial label bordelais Talitres (aux Etats-Unis, il est signé sur un sublabel de Sub Pop) qui nous prouve encore une fois son flair indéniable. Un disque superbe, une exposition médiatique limitée, voilà de quoi en faire mon favori de l’année. Le Loup n’a donc pas fini de hurler !