Elemental - Parts 1 & 2

Demdike Stare

Modern Love  |  2012
6 / 10
par Simon  |  le 1 février 2012

Mine de rien, depuis Symbiosis le duo Demdike Stare cartonne, au point d’être devenu l’une des plus grosses attractions du label Modern Love. D’ailleurs si le label anglais a pu renaître de si belle manière – on connaissait autrefois cette écurie pour ses jolis travaux techno-dub, joliment réalisés mais pas toujours transcendants - c’est sans doute grâce à la montée en puissance d’Andy Stott et de Demdike Stare. Un duo marqué par les films d’horreurs des 70’s, les rites un poil mystiques, et surtout la recherche musicale acharnée. A tel point qu’on a pris pour habitude de qualifier la musique de Miles Witthaker et Sean Canty de "library music", à savoir la mise en valeur de sons archivés, ou tout simplement perdus. Alors bien sûr ces procédés d’archivistes ne sont pas une fin en soi, et la musique de Demdike Stare plonge de manière étouffante dans les univers dark-ambient, dubstep et techno – sans oublier les parties ethniques et tribales qui vont avec. Le résultat c’est deux grands disques, Symbiosis et Tryptych, qui réunissent en fait trois EP’s sortis il y a un an maintenant. Un univers terriblement immersif et un poil flippant, qui fait la part belle aux ambiances de mort, aux pérégrinations musicales en forme de sacrifice humain.

Pas loin d’un Shackleton en dépression, Demdike Stare est finalement devenu une référence parmi les musiques sombres et inspirées. C’est sûrement pour ça qu’on attend de ce coffret Elemental (dont on vous présente ici deux des quatres parties finales) des étincelles, du sang et de la sueur. Est-ce l’attente démesurée qu’on portait dans ce disque ou simplement un léger coup de mou ? Toujours est-il que la première moitié du coffret en question déçoit un peu. Attention, on dit bien un peu, car les sept titres présents sur ces deux vinyls possèdent des qualités indéniables. Premièrement, la qualité des textures et de l’arrangement : toujours aussi fouillées, les ambiances de ce premier diptyque ont l’art de vous niquer le moral, de lentement assurer une transe sombre et mentale. Les articulations sont lentes et lourdes, toutes en napes anxiogènes et en infrabasses carnassières. C’est peut être cela qui tranche le plus avec le génial Tryptych, et qui provoque ce léger désappointement : la dynamique y est, mais Elemental - Parts 1 & 2 montre une face plus statique de Demdike Stare, bien plus proche de Symbiosis. Plus étouffant, bien moins aéré, cette nouvelle livraison des deux Anglais prend bien plus de temps à être apprivoisée. Disons simplement que Demdike Stare revient quelque peu à leurs travaux de compilateurs, avec un travail bien plus dans la contemplation morbide. On assiste à quelque chose de moche, on aurait voulu le vivre. Dommage.