Electronics

Zeitkratzer & Carsten Nicolai

Zeitkratzer  |  2008
8 / 10
par Simon  |  le 21 février 2009

Souvent considéré comme un sommet en matière de musique contemporaine, l’orchestre Zeitkratzer n’en finit pas d’étonner en proposant à nouveau des collaborations explosives, fruit d’une maturité musicale à toute épreuve. C’est que cet orchestre, composé de neuf membres venus des quatre coins de l’Europe et dirigé par le grand Reinhold Friedl, a un carnet d’adresse bien rempli : Merzbow, Lou Reed ou encore Karlheinz Stockhausen forme la pointe de cet iceberg démesuré. Fonctionnant exclusivement sur le mode de la collaboration, cet orchestre propose à ces héros de tous genres confondus (ambient, expérimental, noise, pop, rock,...) l’enregistrement de sessions exclusives, devenant alors le dixième homme, indispensable comme la dernière pièce d’un puzzle, histoire que jamais cet orchestre ne sonne comme la collaboration d’avant, ni même celle d’après.

Pas étonnant donc de rencontrer ici Carsten Nicolai, pierre angulaire de la musique électronique expérimentale que vous avez peut-être eu l’occasion de rencontrer sous des pseudonymes aussi divers que Alva Noto, Noto voire Aleph-1. Fruit d’une collaboration longue d’une décennie entre ces deux institutions, Electronics se présente comme une longue immersion dans des plaines arides et résolument mentales où vos seuls repères tiennent à ces synthés à la carrure squelettique. « Synchron Bitwave » ouvre le bal de manière grandiose, une dérive musicale trainant sur plus de seize minutes une nappe d’ambient grésillante qui n’est rien d’autre que la genèse du son si caractéristique de la série Xerrox. Le son est saturé et cautérise sans distinction tout ce qui passe à proximité. Puis tout s’arrête, net. Commence alors une autre phase d’introspection : « 5 Min » ou le versant désabusé de cette première piste. Là où « Synchron Bitwave » employait sa puissance sonore pour se démarquer, « 5 Min » prend le relais avec un synthé atone, déambulant dans des volutes organiques minimalistes pour un résultat qui est encore plus déroutant, voire inquiétant.

Reste « C1 », divisé en deux parties approximatives pour plus de vingt-cinq minutes d’enfoncement sonore. Partant avec talent sur la donne minimaliste imposée par « 5 Min », « C1 » prolonge l’immobilisme durant de longues minutes en faisant varier de manière infime la longueur de l’onde atone qu’il propulse avec lenteur et générosité aux pieds de l’orchestre. Puis viennent les tambours étouffés qui brisent cette litanie presque religieuse, comme pour annoncer timidement quelque chose de neuf, un retour forcé à la matérialité. Ce retour au monde des vivants se concrétise par un piano en suspens, une longue et lente série de notes cristallines qui frappent sur de la matière sonnant comme étonnamment vierge malgré le traitement qu’elle a subie depuis presque une heure maintenant. Le rapport qu’entretient ce piano avec le silence n’a rien de neuf, lui, si on repense alors aux compositions invoquées par Erik Satie en son temps, puis reprise plus récemment par des bardes aussi talentueux que Ryuchi Sakamoto. Une heure plus tard, ce piano accompagne seul les dernières minutes de ce Zeitkratzer Electronics, remettant les choses comme elles étaient au départ : prêtes à tout pour accéder à l’humanité mais condamnée à disparaître dans une complexe autodestruction électronique. Superbe.

Cette chronique fait partie d'un tryptique. Les pièces manquantes de ce puzzle se trouvent ici et .