About B. (Memory Sketches B - Sides Recordings)

Tim Linghaus

 |  2019
7 / 10
par Bastien  |  le 21 février 2019

Souvent, la musique ne vient trouver sa véritable profondeur qu’en se calquant sur le réel, en lui collant au plus près pour faire ressortir l’intensité d’un sentiment, l’unicité d’un moment, la beauté d’un lieu. Dans cette configuration, la musique vient ajouter un caractère quasi cinématographique à l'existence, phénomène unique que chacun a pu expérimenter au cours de sa vie. Une pluie sur un velux un dimanche après-midi aura toujours plus d’allure sur le Requiem de Mozart que dans un silence de plomb. Au registre des accords quasi parfaits, on retrouve l’ambient et son don pour agir comme un élément déclencheur sur la mémoire, car elle n’obstrue pas, ne dirige pas. Elle laisse l’âme vagabonder vers les souvenirs, qu’ils soient joyeux ou douloureux, doux ou amers, vifs ou éthérés.

Dans ce vaste champ, Tim Linghaus a choisi de projeter sa vision et son questionnement sur la mémoire en écrivant de courtes pièces qui explorent des moments précis de sa vie. Ce travail doté d’un caractère profondément intime laisse pourtant une grande latitude aux projections personnelles que chacun pourra réaliser sur ces magnifiques envolées de piano, les sanglots des violons ou ces plages beatless tout en élégance. About B. (Memory Sketches B - Sides Recordings) viendra certainement réveiller en vous les souvenirs de vos premières amours adolescentes, vos pleurs pour cette ex petite amie disparue, ce jour qui marqua la fin de vos études ou encore un moment passé avec vos proches.

Sous son apparente douceur, ce travail de Tim Linghaus joue pleinement sur la corde émotionnelle et vient remettre à vif des plaies que l’on croyait fermées. Tout comme le précèdent opus, Memory Sketches, ce court album fonctionne telle une lessiveuse à souvenirs tournant à plein régime où la joie, la peine, l’amertume et l’espoir se mélangent, se fondent et se confondent. À la manière d’un Max Richter, Tim Linghaus parvient alors à s’effacer derrière sa musique pour laisser son auditeur aux commandes et voguer sur l’océan de ses sentiments. Face à ces assauts incessants de souvenirs, il vous faudra constamment tenir le cap pour ne pas finir englouti. Bon vent moussaillon...

Le goût des autres :