Aberystwyth Marine

µ-Ziq

Autoproduction  |  2016
8 / 10
par Simon  |  le 12 février 2016

L’année passée, il n’y en avait que pour Aphex Twin et sa saga de leaks successifs sur son compte Soundcloud (souvenez-vous, on vous avait fait un top des meilleurs morceaux du package). Une communication un peu foireuse, mais qui a démontré une fois de plus la force des codes existant entre un Richard D. James finalement excellent communiquant et une fanbase qui serait à prête à boire son urine pour poser une oreille sur la moindre chute de studio du Phex – certains dans notre rédaction en font partie.

Pourtant, et ce n’est pas neuf, cette situation témoigne d’une injustice sans nom. Les auditeurs bien informés le savent déjà, mais derrière le règne en apparence incontestable d’Aphex Twin sur la 'braindance' se tient un homme dont la carrière et le talent n’ont rien à envier à Richard. Mieux, on pourrait même considérer qu’avec sa place de boss du label Planet Mu (et tout ce que cette structure a pu apporter dans la lecture des codes électroniques actuels), µ-Ziq en impose plus encore. Mais voilà, quoi qu’il fasse, Mike Paradinas, restera toujours le numéro 2 dans les cœurs des amoureux d’electronica vintage.

Si on vous parle de tout ça, c’est que Mike a lui aussi envoyé énormément de titres inédits sur son Soundcloud l’année passée (et encore une vingtaine depuis le début de cette année), et que la plupart de ceux-ci sont d’une qualité assourdissante. Il y a quelques jours, un album complet a même vu le jour, posé par la suite sur le Bandcamp de l’intéressé.

Vendu comme un disque composé entre Lunatic Harness (<3 éternel) et Royal Astronomy, entre 1996 et 1998 donc, ce Aberystwyth Marine vient se poser comme une fête d’anniversaire surprise, tout en sucre et en drills caramélisés. Une occasion de plus de regretter (légèrement) une époque où l’electronica tenait en ses mains un vrai cœur chaud et palpitant, vintage par obligation, visionnaire pour l’époque, pour nous le tendre simplement avec toute la force des sentiments. Et en parlant de sentiments, le µ-Ziq de l’époque n’en a jamais manqué, lui, le spécialiste de la mélodie enfantine au clavier, qui préfère par-dessus tout composer des chansons simples, parfois complètement dépouillées quand il en a la possibilité (comprenez quand il ne passe pas par la case basse lourdes/boîte à rythmes analogique).

C’est peut-être en ça d’ailleurs que l’ami et compatriote de Richard D. James crée vraiment sa différence, par son obsession totale à vouloir jouer les choses de manière simple et belle. C’est clairement réussi sur ce Aberystwyth Marine, même si, au-delà de rengaines récurrentes comme son mastering tout plat, celui-ci ne parviendra pas à renverser l’immanquable compilation d’inédits (Somerset Avenue Tracks 1992-1995) sortie il y a trois ans. Pas de quoi hurler au scandale pour autant, vu la qualité proposée par ces 17 titres tout chauds. Après tout, des chutes de studio de µ-Ziq composées il y a vingt ans valent pour certaines bien plus que les arnaques électroniques qu’on tente de nous refourguer au quotidien.