A Collection of Rarities and Previously Unreleased Material

John Maus

Ribbon Music  |  2012
8 / 10
par Julien L  |  le 31 juillet 2012

Il y a un an, juste après la sortie de son troisième album We Must Become the Pitiless Censors of Ourselves, John Maus offrait une mixtape à Rough Trade. En 27 morceaux, ce mix associait allègrement Glenn Gould, Vangelis, Tangerine Dream et les thème de “Musclor” et “Ulysse 31” : une collection intimement éclectique, sans doctrine particulière, une fenêtre ouverte sur le cerveau et l’oeuvre de Maus. On y découvrait l’étendue de ses goûts composites, chose pas si étonnante que cela eu égard à la teneur de ses disques marqués par une consonance passéiste mêlée à un caractère d’immédiateté.

Nouvelle parution compilant 16 titres enregistrés entre 1999 et 2011, A Collection of Rarities and Previously Unreleased Material ne trahit pas la patine du temps même sous le grand-écart d’une décennie. Les fans de Maus connaitront déjà la plupart des morceaux présents sur ce disque (parus sur des compilations du label Domino, entre autres, ou sur le forum du site Mausspace), et seuls deux titres, “Angel of the Night” et “Lost”, sont totalement inédits. mais le tout a été remixé par l’artiste. Ces morceaux n’auraient par ailleurs pas dénoté sur l’album précédent de Maus. Cette collection de titres ratisse large : post-punk (“Mental Breakdown” que ne renierait pas Wire, ou “The Law”) et musiques électroniques (“Angel of the Night”) fusent, l’électro 80s à la Human League pointe évidemment largement le bout de son nez (“The Fear”). “Bennington” est un morceau d’amour obsédé (« Time and time again, I see her in my dreams ») et obsédant. “Fish with Broken Dreams”, enregistré en 1999, dénote par la clarté du son de batterie, les arpèges de pianos et les notes de flute ; c’est un morceau ambitieux et un des meilleurs de ce disque.

L’aspect anthologique de ce type de compilation est la plupart du temps assez casse-cou, mais John Maus s’en tire admirablement bien: sa musique possède un je-ne-sais-quoi de nostalgique et brumeux, une absorption/digestion du son des 80's, une dimension cinématographique du spectre sonore.