Fabric 45

Omar S - Detroit

Fabric  |  2009
9 / 10
par Simon  |  le 6 April 2009

Pour ce quarante-cinquième rendez-vous de la série Fabric, le label londonien a pris le temps d’aller chercher l’un des héros les plus méconnus de l’histoire de Detroit. Et même si Omar S est actif depuis un bon nombre d’années au cœur de la techno, rares sont les privilégiés qui ont pu entendre une de ses productions avant l’arrivée de la présente sélection. A en croire la courte déclaration jointe à la présentation du disque ainsi que les deux seules interviews que l’Américain a bien voulu accorder, on se rend vite compte que Omar est de ces producteurs à jouer la provocation à tous les étages : déclarant ne jamais avoir entendu parler de Ricardo Villalobos, voire de ne rien écouter des productions extérieures à son label.

Mais derrière l’absurde de ces propos, c’est tout une philosophie de vie qui se décline dans ce personnage atypique. En effet, l’attitude d’Omar S décrit à un niveau extrême la démarche autarcique qui a autrefois façonné le fantasme sur la techno de Detroit. Recentrée sur elle-même, la musique électronique made in Motor City attire encore tous les regards par sa capacité à ignorer le reste de la scène mondiale, bien trop occupée à créer son univers de manière unilatérale. Alors comme pour suivre le chemin tracé par ses pairs autrefois, Omar S se contentera de piocher dans son catalogue personnel pour proposer une sélection « 100% Omar » (choix justifié par la centaine de vinyles composés par l’Américain ces dernières années sur son propre label, FXHE Music).

The music on this CD is fully 100% analog - NO COMPUTER BULLSHIT PROGRAMS ! Voilà une déclaration qui a le mérite d’être claire pour le coup. Et c’est parti pour un peu plus d’une heure de techno légèrement teintée de rythmiques house, bien conscient que tout cet étalage de formules provocatrices a rendu la chronique encore plus acérée qu’elle ne pouvait déjà l’être au départ. Mais il faut dès maintenant avouer que tout cela en valait la peine, avouer que cette sélection est l’une des meilleures qu’il nous ait été donné d’entendre cette année. Tout ici est symptomatique d’une grande musique techno, de la justesse des claviers jusqu’au calage du beat. Fabric 45 témoigne du synthétisme légendaire de la musique électronique en provenance de Detroit : les chevauchées vintage (le superbe « Psychotic Photosynthesis », l’interstellaire « U » ou encore le ludique « Strider’s World ») côtoient les efforts soul (comment ne pas évoquer « The Maker ») pour dresser le constat évident qu’on tient là un disque essentiel, représentatif à lui seul de la seconde vague de Detroit, le regard pourtant bel et bien dans le rétroviseur en direction de ses origines soul et early techno.

Une sélection à faire pâlir Carl Craig de jalousie tant tout y est. Ce nationalisme à échelle locale a encore fait parler de lui, assurant avec Omar S une continuité indéniable car fière de ses racines, repliée sur elle-même pour mieux faire exploser les frontières dans sa quête spatiale de l’universel sonore. Rares sont les disques mixés qui s’apprivoisent de bout en bout sans lasser l’auditeur ne serait-ce qu’une minute, et pourtant Omar S réussit le pari de proposer une sélection altruiste et profondément passionnante, relançant par la même occasion Detroit au centre de toutes les préoccupations musicales. Plus qu’un souvenir, un héritage. Essentiel.

Le goût des autres :