Jeunes Pousses vol. 11

Pour lire les morceaux sur cette page, vous devez posséder flashPlayer et autoriser javascript

Pour établir ce onzième volume de nos compilations Jeunes Pousses, nous nous sommes naturellement lancés dans une série de débats et d’échanges : parmi les dizaines de pépites méconnues lancées sur la table, nous en avons retenu quinze qui nous semblent susceptibles d’illuminer les soirées d’un hiver qui s’annonce franchement pénible. Au final, ça nous confronte à des titres carrément antithétiques au climat ambiant et qui évoqueront plus volontiers la fraîcheur insouciante de l’été défunt — des hypnotiques Glass Figure aux brillants Kid Wise, en passant par les dansants Last Lynx —, mais aussi à une sélection “de saison”, mâtinée d’envolées délicates avec Barbarossa, du folk d’âtre de Lily & Madeleine, de la chaleur PJ Harvéenne de Nadine Shah et de guitares revigorantes d’I Is Another. Comme d’habitude, on a essayé d’être cosmopolites, en piochant du côté de nos terres franco-belges (avec Capture, Two Kids on Holiday et Paon, parmi d’autres), mais aussi d’aller voir un peu plus loin, y compris là où rien a priori ne semble se passer (comme au Pays de Galles, qui nous offre la belle surprise des Catfish and the Bottlemen). On espère que le tout vous plaira autant qu’à nous, et qu’il sera digne de bercer votre période d’hibernation.

Télécharger la compilation (119Mo)

  • Kid Wise

    Kid

    Avec Kid Wise, on se prend à penser à Woodkid, voire à The Shoes et M83. Soit autant de franchouillards plutôt à l’aise quand il s’agit de dépasser le cadre strict de la pop naïve en alliant percus solides et atmosphères planantes. « Kid » est bien de cette trempe-là : un titre qui se construit progressivement sur un rythme minimal pour s’embarquer dans une épopée kaléidoscopique. C'est peu dire, au vrai, que l’EP Renaissance qui vient de sortir (duquel ce titre n'est pas extrait) vaut largement le détour. Du culot, de la maîtrise et de la classe : Kid Wise a tout pour devenir énorme. Et ils sont tellement jeunes, les cons.

    http://kidwise.bandcamp.com/
    Lire le fichier

  • COIN

    Time Machine

    C’est bon là, il est arrivé l’automne. Donc à moins d’habiter dans des latitudes où les températures sont plus clémentes, on se les gèle sérieusement par chez nous. Alors on va chercher le soleil où l’on peut. Et du soleil, on en trouve en quantités suffisantes dans la power pop des Américains de COIN, qui nous rappellent assez vite les meilleurs albums de Phoenix et Passion Pit – pas leurs derniers en date donc. C’est d’une fraîcheur à toute épreuve, totalement référencé et joyeusement maximaliste. Et surtout, ça fait beaucoup de bien par où ça passe.

    http://www.thisiscoin.com/
    Lire le fichier

  • Capture

    Looking for Gold

    Extrait remarqué et remarquable de l’EP Where We All Belong, « Looking For Gold » est un petit bijou pop à la française. Servi par un clip tout en fraîcheur et en pyrotechnie, il conjugue une maladresse d’accent (qui contribue à son charme) aux arrangements sobres et maîtrisés d’une triade synthés-guitares-percus. Devant l’harmonie de l’ensemble que l’on ne manquera pas de comparer à un croisement entre BRNS, WU LYF et Foals, on mise volontiers une pièce ou l’autre sur le fait que Capture sera l’un des outsiders de quelques festivals de l’été à venir.

    http://wearecapture.bandcamp.com/
    Lire le fichier

  • Two Kids on Holiday

    Solo Solo

    Après avoir rempli la tâche délicate d’ouvrir la cuvée 2013 des Ardentes, les deux kids liégeois derrière ce projet viennent de dévoiler un premier EP intitulé Tchouk Tchouk Nougat. Tout un programme n’est-ce pas. Avec leur pop en technicolor qui aime les poussées de chaleur à la Dan Deacon, les Two Kids on Holiday fondent leur autoproclamée ‘musique boréale’ sur l’union d’une batterie et de sons synthétiques: c’est suffisant pour livrer des titres aussi flamboyants que « Solo Solo », et c’est carrément efficace en live, où leur reprise du « Electricity » d’OMD prend toute sa puissance.

    http://twokidsonholiday.bandcamp.com/
    Lire le fichier

  • Glass Figure

    I Need You

    Adoubé par Riton, le duo Glass Figure accroche d’emblée par des sons bruts qu’on devine hérités de la scène de Chicago. Sur « I Need You » qu’on épingle sur cette compilation, la perspective est autre: escorté par Stella Le Page, Glass Figure livre une véritable machine à danser, une pépite à l’accent français qu’on imaginerait volontiers issue des amours imaginaires de The Magician et MØ, et à laquelle on souhaite un succès aussi écrasant que les titres respectifs de ces artistes.

    https://soundcloud.com/glass-figure/
    Lire le fichier

  • Catfish and the Bottlemen

    ASA

    Si associer le Pays de Galles à Ryan Giggs, à Gareth Bale et à des étendues d’herbe parsemées de moutons est un réflexe naturel, il n’en est pas moins réducteur et chargé de stéréotypes. Pour nourrir votre connaissance de la contrée, on vous glisse en passant le nom de Catfish and the Bottlemen. Jouissant déjà d’un honorable succès d’estime Outre-manche, ce quatuor signé chez Communion Records privilégie un rock brut et racé. On pense tour à tour à Idlewild, à The Walkmen et à The Vaccines. Y’a pire.

    http://www.catfishandthebottlemen.com/
    Lire le fichier

  • Paon

    Shine Over Me

    Vous vous souvenez sans doute de The Tellers, ce groupe un peu trop rapidement comparé aux Libertines, et qui a depuis disparu de la circulation. Des cendres de ce projet post-adolescent, c’est, à défaut de phoenix (le nom était déjà pris), un autre type d'oiseau qui est né. Plus solide, plus profond, mais tout aussi poppy, le groupe emmené par Ben Baillieux-Beynon, qui a déjà pas mal tourné dans le plat pays, nous offre un morceau excellemment calibré et efficace en diable.

    http://www.paonband.com/
    Lire le fichier

  • Last Lynx

    Killing Switch

    À une époque où la musique est surreprésentée (pour le meilleur et pour le pire), la quantité de trucs potentiellement dingues à côté desquels nous passons est tout bonnement effarante. Ce titre des Suédois de Last Lynx, cela doit faire une bonne année qu’il circule sur la toile. Une bonne année qu’il distille ses volutes chillwave et electropop avec cette classe toute nordique qui fait de la scène indé suédoise l’un de meilleurs produits d’exportation du pays. Et puis tout n’est pas perdu dans ce retard, puisqu’en vous proposant de découvrir « Killing Switch », on en profite également pour vous souffler que le groupe arrivera bientôt avec un album.

    http://www.lastlynx.com/
    Lire le fichier

  • Barbarossa

    Bloodlines

    Projet de James Mathé, qu’on a pu apercevoir en tournée avec José Gonzalez, Barbarossa est de ces entreprises inclassables, qui refusent de trancher entre électro vaporeuse, soul et folk afin de mieux faire dialoguer ces tendances. On songe à Junip, avec lesquels l’intéressé a partagé l’affiche, mais on s’arrête vite de penser pour se plonger entièrement dans ce titre qui, a lui seul, résume la qualité d’un album aussi délicat qu’élégant sorti sur Memphis Industries.

    http://www.barbarossamusic.com/
    Lire le fichier

  • Nadine Shah

    To be a Young Man

    Sur ses photos de presse, Nadine Shah aime encore bien tirer la tronche. En même temps, on ne peut pas vraiment dire que sa musique soit souvent synonyme de sentiments joyeux, que du contraire. Car l’Anglaise préfère marcher dans les traces un peu boueuses laissées par Nick Cave et PJ Harvey. Partant de là, le songwriting se doit d’être d’une élégante noirceur. C’est exactement ce qui se passe sur Love Your Mom & Dad, un premier album d’une qualité telle que madame Shah a tapé dans l’œil de Depeche Mode, qui lui a demandé d’ouvrir pour les prochaines dates du Delta Machine Tour.

    http://nadineshah.co.uk/
    Lire le fichier

  • Lily & Madeleine

    Devil We Know

    Asthmatic Kitty, c’est le label de Sufjan Stevens, celui sur lequel on attend que le génial Américain nous ponde son prochain chef d’œuvre. Mais voilà, le père Sufjan étant plutôt du genre à trainailler, et on prendra notre mal en patience de bien belle manière en écoutant à l’envi le nouvel album des sœurs Lily & Madeleine. Elles sont belles comme des cœurs, elles maîtrisent plutôt bien le concept des harmonies vocales et elles ont assimilé assez vite les codes du folk pastoral tel que pratiqué par un autre duo féminin qui a eu pas mal le vente en poupe ce dernières années, First Aid Kit. Vous voulez de la tendresse, vous allez être servis.

    http://lilymadeleine.bandcamp.com/
    Lire le fichier

  • Roses

    I See It All

    « A Romantic Rock 'n' Roll band » Rien que cette brève description des Américains, copiée/collée de leur page Bandcamp, suffit à nous faire flancher. Mais heureusement, la musique est elle aussi à la hauteur. Parce que c’est vrai que quand ces romantiques de l’état de Rhode Island laissent parler leurs guitares, tout est question d’amour: amour des classiques (Velvet Underground en tête), amour du riff faussement nonchalant et terriblement séduisant, amour de la mélodie lascive qui ne vous quitte pas. Ca fait beaucoup d’amour, on en convient, mais c’est mérité.

    http://rosesmusic.bandcamp.com/
    Lire le fichier

  • The Elwins

    Forgetful Assistance

    On ne va pas se mentir, des groupes comme The Elwins, il s’en forme probablement quelques centaines par jour. Des bandes de potes mues par un amour de la pop finement ciselée, qui n’ambitionnent pas de vendre des disques par millions mais se fixent pour seul objectif celui du travail bien fait, dans le respect de la tradition. Alors forcément, dans cette mer de prétendants, à chacun ses chouchous. Un peu twee, un peu mod, et très indie, les Canadiens de The Elwins ont dans leur besace quelques tubes de poche qui s’ignorent. Comme ce « Forgetful Assistance », tiré de l’album And I Thank You. Merci, c’est tout à fait ça.

    http://theelwins.bandcamp.com/
    Lire le fichier

  • Sonny and the Sunsets

    Dark Corners

    Si on a souvent tendance à mettre ici en avant des groupes qui débutent dans le joli monde de la musique, on se sent régulièrement obligés de foutre sous les projecteurs des projets confrontés à une indifférence qui est plutôt du genre à nous foutre en rogne. Alors comme on vous sait très occupés, on a longuement hésité avant de choisir le titre de Sonny and the Sunsets qui serait soumis à vos oreilles attentives. Ce sera « Dear Corners », ses guitares languissantes, son chant nonchalant et sa reverb hypnotique. L’album s’appelle Antennas to the Afterworld, est sorti il y a quelques mois sur Polyvinyl, et est résolument digne de votre temps précieux.

    http://www.sonnysmith.com/
    Lire le fichier

  • I Is Another

    Dear Departed

    Si le nom rimbaldien de ce duo a tout pour retenir l’attention, leurs premières compositions prolongent bien l’effervescence du poète. Formé par les vieux briscards que sont Jonah Matranga (dont la discographie, en solo et avec Far, est impressionnante) et Ian Love (guitariste de Rival Schools, ça vous dit quelque chose les vieux?), I Is Another est plus que du blé en herbe: au menu, un rock indie tendant vers le garage, dont la nervosité de tous les instants et les intenses envolées vocales peuvent rappeler, tour à tour, My Vitriol, Two Gallants ou les Desaparecidos de Conor Oberst.

    http://iisanothermusic.com/
    Lire le fichier