Compilation GMD : Jeunes Pousses Vol 5

Pour lire les morceaux sur cette page, vous devez posséder flashPlayer et autoriser javascript

Pour ce nouveau volume de nos compilations Jeunes Pousses, on a pas touché au concept, celui-ci ayant fait ses preuves. Quant au programme, il est plus chargé que jamais. En effet, parmi les seize titres de cette cinquième livraison, on trouve comme à l'habitude un peu de tout: de la noise pop made in U.S.A., du stoner tout droit sorti de Flandre, du folk confectionné en Bretagne ou de la pop irrésistible importée de Suède. Et dans ce petit tour du monde des tendances actuelles, on espère que c'est surtout la qualité du produit qui vous séduira. En tout cas, de notre côté, on y croit dur comme fer et on espère de tout cœur que dans les mois qui viennent, Givers, Boston Tea Party, Da Brasilians ou Ladylike Lily vont crever le plafond. Évidemment, tout dépendra de vous. On le sait, aujourd'hui, la tendance est à l'uniformisation des sons, à la consommation effrénée et au besoin compulsif de sensations fortes et immédiates. Alors forcément, dans un tel contexte, il n'est jamais facile de vous vendre une compilation comme Jeunes Pousses, qui nécessite peut-être quelques écoutes attentives pour être appréciée à sa juste valeur. Ceci étant, on vous le repète: ces artistes-là ont beau appartenir à de petits labels, voire ne pas être signés, il n'en reste pas moins qu'en termes d'écriture pure, ils sont en mesure de faire la nique à bien des têtes de gondoles en manque d'inspiration. En tout cas, vous n'êtes qu'à un clic d'en avoir la preuve.

 

Télécharger la compilation (130Mo)

  • Givers

    Up Up Up

    Croisement particulièrement réussi entre la pop un brin africanisante de Vampire Weekend et le folk intello des Dirty Projectors, Givers est à n'en point douter l'un des groupes les plus frais qu'il nous ait été donné d'entendre en 2010. Avec une musique pleine de perspicacité qui assume pleinement son sens de la fête, ce groupe tout droit sorti de Louisiane nous sert sur un plateau d'argent un premier EP décomplexé et en tous points enthousiasmant. C'est d'ailleurs de cette galette qu'est tiré l'extatique "Up Up Up", qui devrait vous donner une assez bonne idée du talent fou de ces cinq Américains.

    www.myspace.com/giversmusic
    Lire le fichier

  • Sunglasses

    Whiplash

    Depuis qu'ils se sont rencontrés sur les bancs de l'université, 8000 bam bam (Samuel Cooper) et Baby Seal (Brady Keehn) ne se quittent plus. Et c'est une évidence à l'écoute de leurs morceaux: sur les bancs de l'école, ces deux-là ont pris le temps d'étudier jusque dans ses moindres recoins le petit manuel du parfait hipster. Avec leurs visuels aussi bariolés que décalés, leur look ultra travaillé et une musique qui évoque pas mal de trucs qui, ces dernières années, ont agité tout ce que la blogosphère compte d'arrêts tendance (Panda Bear, Delorean, El Guincho), ces deux-là ont tout pour plaire, notamment une arme de séduction massive intitulée « Whiplash ». Cette pop song hallucinée et débordant d'un hédonisme béat est le remède idéal contre le retour des jours gris.

    www.myspace.com/putsunglasseson
    Lire le fichier

  • Lana Mir

    I Wanna Be Adored

    L'exercice de la reprise est particulièrement périlleux. Et quand on décide de s'attaquer à un monument aussi inébranlable que le "I Wanna Be Adored" des Stones Roses, il faut être assez certain de son coup. Mais visiblement, les risques, Lana Mir aime ça et on ne va pas s'en plaindre. Dans cette version épurée de ce symbole de la Madchester, cette Ukrainienne aujourd'hui implantée à New York s'affranchit de la version originale et évolue à mille lieues des singeries psychotropées du génial Ian Brown pour livrer une version tout en sobriété et retenue du morceau. We adore.

    www.myspace.com/lanamir
    Lire le fichier

  • Da Brasilians

    Ocean

    Contrairement à ce que leur nom pourrait suggérer, Da Brasilians n'ont pas été élevés parmi les strings de Copacabana mais bien au grand air de la Normandie. En revanche, cela ne les empêche pas d'aller pêcher à l'épuisette des mélodies folk qui sentent bon le sable chaud et la brise marine. Titre issu de leur album à venir et présenté en exclusivité sur Jeunes Pousses, "Ocean" s'immerge dans les volutes des sixties et seventies en évitant soigneusement de jouer les hippies de supermarché… Voilà un été indien qui se termine bien.

    www.myspace.com/dabrasilians
    Lire le fichier

  • The Postmarks

    My Lucky Charms

    Formé depuis 2007, le groupe américain The Postmarks ne cesse de gagner en visibilité. Il faut dire qu'il a tout pour plaire: son pop joliment amené, imagerie et ambiance musicale influencées par le meilleur des sixties, le tout porté par la belle voix de Tim Yehezkely qui semble avoir le pouvoir d'arrêter le temps. "My Lucky Charms" est un vrai tube pop printanier et entêtant qui rappelle les illustres débuts de groupes comme les Concretes, Belle and Sebastian ou encore Camera Obscura. Ce morceau addictif est l'un des titres phares de leur très prometteur Memoirs at the End of the World, sorti à la fin de l'été.

    www.myspace.com/thepostmarks
    Lire le fichier

  • Reno Project

    My Little Cookie

    Entreprise parisienne dont le premier EP explorait des horizons jazz/funk, Reno Project s'ouvre aujourd'hui à d'autres dancefloors en insufflant un coup de pop et d'electronica à ses derniers morceaux dont ce petit cookie est le digne représentant. Responsable de remixes pour Jamaica ou Kavinsky, le (presque) one-man band Reno Pijselman ne craint pas non plus les guitares saturées et le vocoder tout en conservant ce qu'il faut de légèreté. A noter également, Reno Project milite activement pour la mise en place de nouveaux moyens de distribution de la musique et n'hésite pas à livrer la plupart de ses œuvres au téléchargement gratuit. Pour le plus grand bonheur des internautes…

    www.myspace.com/renoproject
    Lire le fichier

  • Forest & Crispian

    Let The Best Band Win

    Ça devient une habitude sur les compilations Jeunes Pousses: il y a au moins un représentant nordique au casting. Il faut dire que la Scandinavie est une terre de pop particulièrement fertile et qui n'a pas son pareil pour exporter des groupes d'une qualité exceptionnelle. Parmi les outsiders de notre rédaction pour l'année 2010 figurent les Suédois de Forest & Crispian dont le MySpace ne propose à l'heure actuelle qu'un morceau. Mais quel morceau. Avec ses cordes virevoltantes, son piano jovial et son évidence pop tout bonnement irrésistible, « Let The Bast Band Win » n'est pas le genre de sucrerie qui nécessite des écoutes prolongées pour déclencher une heureuse dépendance.

    www.myspace.com/forestandcrispian
    Lire le fichier

  • Young Michelin

    Je suis fatigué

    Avec des textes doux-amers et un peu naïfs, une voix pas tout à fait maîtrisée et des instrumentations relativement simples, il serait facile de passer à côté de l'essence de Young Michelin. C'est le trompe-l'œil de ce jeune groupe du sud de la France : leur accessibilité mérite d'être expliquée, leur fraîcheur mérite d'être contextualisée. Car derrière cette apparente bonhomie se cache une érudition formidablement émouvante. Young Michelin, en effet, se place directement dans la lignée des groupes de Sarah Records, discret label dont les sorties entre 1987 et 1995 ont pourtant façonné tout le son indie-pop d'hier à aujourd'hui. Un retour aux sources donc, chanté en français s'il vous plaît, et qui s'il s'apparentait au départ à une récréation pour Romain Guerret alias Dondolo, pourrait bien devenir un fer de lance de la pop hexagonale, particulièrement depuis que ces chers Young Michelin ont remporté le célèbre concours CQFD des Inrocks.

    www.myspace.com/youngmichelin
    Lire le fichier

  • The Lower Dens

    Hospice Gates

    On le sait, on s'attaque ici à un marché saturé, dans tous les sens du terme. Dans ce mélange d'avant-folk et de noisy-pop, il y a beaucoup de monde, à commencer par Deerhunter. Il y a aussi Women, dont le Public Strain ressemble beaucoup au premier disque de Lower Dens, Twin-Hand Movement. Mais qu'importe, le plaisir auditif est là, et le premier groupe de la soliste Jana Hunter – entendue notamment chez Devendra Banhart – offre un beau moment pop, mesuré et efficace. "Hospice Gates" en est un bon exemple avec un titre un peu sale sans jouer sans excès, guidé avec brio par une mélodie fine et agréable.

    www.myspace.com/lowerdens
    Lire le fichier

  • Social Square

    It vs. You

    Si l'on possédait une machine à remonter le temps et qu'on en confiait la gestion à des trentenaires nostalgiques, il est fort probable que l'un des leurs premiers arrêts se situerait au beau milieu des années 90, à une époque où des groupes comme Dinosaur Jr., Built To Spill ou Pavement régnaient en maîtres sur le rock indépendant. Ce syndrome « Marty McFly », les trois Parisiens de Social Square semblent eux aussi en souffrir. Et si ceux qui se définissent comme les « Benjamin Button de l'indie rock » n'ont toujours pas trouvé les clés de la mythique Delorean, ils ont quand même réussi à faire mixer leur EP dans cette Mecque du son rugueux et efficace qu'est Seattle. Extrait dudit EP, « It vs You » est un concentré de rock nerveux qui devrait rappeler de bons souvenirs à pas mal de nos lecteurs.

    www.myspace.com/socialsquare
    Lire le fichier

  • Oh! Tiger Mountain

    Or the Drugs

    Oh! Tiger Mountain est le projet solitaire d'un Français qui compose et enregistre toutes ses chansons. Des mélodies solides, une voix prenante façon crooner des temps modernes (on peut penser à un cousin éloignés de Micah P. Hinson), un peu de reverb, une guitare, et la magie opère. Quelques riffs en boucle, et le chant et les arrangements font le reste. "Or the Drugs" reprend le rythme et la mélodie typique d'un slow, mais Oh! Tiger Mountain en fait un hymne déchirant et un très beau morceau étrange qui semble sorti tout droit d'un épisode de Twin Peaks.

    www.myspace.com/ohtigermountain
    Lire le fichier

  • Thos Henley

    Can You Canoe?

    Pour peu que l'on soit un brin cœur de guimauve, difficile de ne pas aimer Thos Henley, ses mélodies soyeuses, sa sensibilité à fleur de peau et sa voix gorgée d'émotions. Certes, le jeune songwriter anglais installé à Paris évolue dans une division (le folk) où les prétendants au titre ne manquent pas, mais on décèle clairement chez ce poète des temps modernes un petit quelque chose en plus qui lui permet, dans un dépouillement de toute beauté, d'ouvrir les portes de nos âmes. Extrait de son EP Golden Europe, « Can You Canoe? » résume avec beaucoup de justesse les aspirations d'un jeune homme promis à un bel avenir.

    www.myspace.com/thoshenley
    Lire le fichier

  • Ladylike Lily

    Pearl and Potatoes

    Ladylike Lily est en fait le projet de la seule Oriane Marsilli, une jeune Bretonne au minois craquant et à la maturité confondante. Et quand la frêle Oriane se décide à saisir sa guitare et à pousser la chansonnette, cela donne de purs moments de magie folk, qui ne sont pas sans évoquer les mélodies crépusculaires et en apesanteur de la grande Alela Diane. En plein enregistrement de son premier EP, Ladylike Lily a eu la gentillesse de nous offrir un bref avant-goût de sa première réalisation, qui devrait certainement faire d'elle l'une des plus belles promesses du folk made in France.

    www.myspace.com/ladylikelily
    Lire le fichier

  • Faustine Hollander

    Demo # 1

    À l'époque où nous étions tombé sous le charme de Faustine Hollander, celle-ci n'était pas encore la dernière recrue en date de l'estimable label bruxellois Matamore. Et si cette seule signature devrait vous donner une petite idée du bon goût et de l'élégance qui habitent les compositions de la jeune Belge (et vous pourrez vous en rendre compte dans l'EP qui sortira d'ici peu), on s'en voudrait de ne pas nous appesantir sur "Demo #1", morceau d'une fraîcheur et d'une tendresse rares sur lequel la jeune demoiselle est rejointe par Clément (du projet pop expé joiejoiejoie) pour un résultat désarmant de beauté qui nous fait remonter quelques années en arrière, à une époque où un certain Devendra Banhart crevait l'écran avec ses albums de folk décharné.

    www.myspace.com/fostyfox
    Lire le fichier

  • This is the Hello Monster!

    TV Shows

    This is the Hello Monster! est un nom bien étrange pour un chanteur français, et pourtant c'est celui qu'a choisi Gérald Kurdian et qui correspond finalement très bien à sa musique mélancolique et un peu étrange. Avec ses arrangements soignés, son piano et sa voix triste, This is the Hello Monster! offre un cocktail musical plutôt séduisant. "TV Shows", titre issu de son album éponyme, est une chanson courte et efficace, un crescendo de savoir-faire qui commence comme une ballade triste pour finir dans un joli imbroglio d'instruments et de cœurs inspirés.

    www.myspace.com/tithm
    Lire le fichier

  • Boston Tea Party

    Lately

    C'est dans un français parfois un peu approximatif que les deux gamins de Boston Tea Party décrivent leur activité: "BOSTON TEA PARTY sont deux petits chéris qui produisent du NOISEPOP bien givré en se servant tout simplement d'une guitare acoustique, d'un STOMPBOX fabrication maison (entraîné par une paire de chaussures flamenco au speed), et bien évidemment de leurs voix." Evidemment, cette seule phrase suffit à évoquer les Kills ou les White Stripes, d'illustres duos avec lesquels ces Flamands partagent il est vrai pas mal de similarités – attitude lo-fi assumée, dualité vocale, sensualité latente. Mais en filigrane de ces chansonnettes un brin crasseuses et dégageant une rage juvénile particulièrement jouissive, on retrouve également la morgue et la noirceur d'un groupe comme Sons & Daughters. Aussi, on ne s'étonne plus qu'un mec comme Tim Vanhamel (Millionaire, dEUS, Evil Superstars) ait proposé de produire Trouble Little Kids, un premier album dont est tiré l'incandescent "Lately".

    www.myspace.com/bostonteapartytheband
    Lire le fichier

  • Kapitan Korsakov

    When We Were Hookers

    On termine ce cinquième volume de Jeunes Pousses en force avec un autre groupe de Flamands qui ont ce qu'il faut où il faut, Kapitan Korsakov. Couillu, sale et efficace sont autant de qualificatifs qui permettent de décrire la musique de ce groupe qui fait du bruit, et du bon bruit. Aussi, si vous êtes un être normalement constitué, il vous sera bien difficile de résister à la puissance du riff de ce « When We were Hookers », véritable bombe sale qui voit stoner, punk et noise former une alliance diabolique et enfanter d'un morceau qui ne ferait certainement pas tâche sur une album des regrettés McLusky. Forcément excellent donc.

    www.myspace.com/kapitankorsakov
    Lire le fichier