My God Is Blue

Sébastien Tellier

Record Makers  |  2012
5 / 10
par Jeff  |  le 24 avril 2012

Depuis que la sortie de My God Is Blue a été annoncée à grands renforts de coups de pub, on ne peut pas vraiment dire que l’enthousiasme débordant ait prévalu. Par contre, en matière de WTF intersidéral, on a pu compter sur Sébastien Tellier pour alimenter le buzz à grands renforts d’interviews plus démentielles les unes que les autres, notamment dans un long papier signé Technikart, magazine qui continuerait à défendre le type même s’il composait un opéra pop de onze heures contant la quête spirituelle d’une moule hémiplégique.

En même temps, avec son histoire d’Alliance Bleue, le barbu a frappé un très grand coup, s’attirant quolibets et moqueries avant même que la moindre note de My God Is Blue ait filtré. Délire raëlien flairant bon l’arnaque new age, cette Alliance Bleue n’avait qu’une chance de fédérer, et il fallait pour cela que Sébastien Tellier nous ponde un chef d’œuvre de musique pop(ulaire) et universelle, dépassant le strict cadre des époques et des tendances. Mission pas vraiment réussie pour le coup.

En fait, on a carrément l’impression que Sébastien Tellier s’est mis en tête de marier le pire de la musique de ces 30 dernières années pour en faire quelque chose de carrément bath et définitif, que le côté hype et arty de la chose ne devrait pas empêcher de pénétrer l'insconscient des masses avachies. Un peu comme Justice quelques mois avant lui, somme toute. Avec sa production plus touffue que la foufoune d’une actrice X des années 70, ses ambiances solennelles et cheesy dignes d’un mauvais disque d’Era ou d’Enigma, le côté « les blancs ne savent pas funker » des titres les plus enlevés, ses solos de guitare évoquant le pire d’une compilation Rock’mantique ou son côté Serge Gainsbourg du pauvre, My God Is Blue sonne comme une ode au mauvais goût baignant dans une ambiance sectarisante qu’on n’est probablement pas en mesure de comprendre, pauvres mortels que nous sommes. Il faut dire que la quantité de substances psychotropes qu’a dû s’enfourner l’ami Sébastien pour nous pondre cette diarrhée bleue d’une prétention inimaginable n’a pas vraiment dû aider.

En fait, My God Is Blue nous renvoie surtout l’image d’un mec qui commence à être sérieusement cramé. Celle d’un artiste qui, par le passé, avait montré combien il savait jouer sur le gouffre qui sépare le premier du quinzième degré, l’élégance du mauvais goût le plus crasse. Ici pourtant, la frontière est devenue trop floue pour qu’on ne sente pas un certain malaise à l’écoute de ces douze titres au détour desquels on peut pourtant déceler un peu du génie que Sébastien Tellier n’exploite pas – ou alors pas toujours très bien – sur My God Is Blue.

Le goût des autres :

note : 55/10Laurent note : 11/10Maxime note : 44/10David note : 66/10Soul Brotha