SAAAB Stories

Action Bronson + Harry Fraud

Vice  |  2013
8 / 10
par Jeff  |  le 25 juin 2013

Si les ‘Maybach Music’ balancés jusqu’à l’écoeurement sur les disques de Rick Ross et sa clique ne nous font plus vraiment rêver que les amateurs de rap US peu exigeants, il n’en va pas de même pour les ‘La musica de Harry Fraud’ que l’on entend de plus en plus sur les productions du beatmaker qui monte. L’excitation monte encore d’un cran quand son nouveau projet le voit offrir ses dernières trouvailles à Action Bronson, next big thing du rap US, récemment signé sur la major Warner, mais dont la street cred semble encore intacte à l’heure actuelle. Une collaboration entre deux artistes au taquet qui sonne comme une sorte d’ultime baroud indé avant le passage dans la division supérieure. Et qui démontre tout l'amour que porte Bronsolino aux projets à deux cerveaux, lui qui avait offert déjà à Fool's Gold l'impeccable mixtape Blue Chips intégralement produite par Party Supplies. Et ici aussi, force est de constater que le bibendum roux continue de nous en foutre plein la vue. C'est bien simple: difficile sur SAAAB Stories d'être déçu dès que l'ancien cuistot laisse vagabonder son flow faussement apathique mais véritablement hypnotique sur les productions incroyablement variées du beatmaker d'origine irlandaise. Car Harry Fraud a ceci d'intéressant qu'il est capable de mêler dans un même titre clins d'œil passéistes et tics modernistes, sans jamais donner l'impression d'avoir le cul entre deux chaises. Par ailleurs, son travail dénote une envie certaine de bien faire les choses, à l'inverse de pas mal de producteurs actuels qui ne semblent s'épanouir que dans une forme de boulimie exaspérante. Cela donne à l'arrivée des productions à l'universalité évidente, magnifiées par un Action Bronson facétieux qui se suffit à lui-même – et aurait sans le moindre problème pu se passer des apparitions des têtes de gondole que sont Wiz Khalifa, Raekwon et Prodigy de Mobb Deep. Ces deux derniers ont par ailleurs beaucoup de chance: ils apparaissent sur le meilleur titre de la galette. Car alors qu'on pensait que le remuant single "Strictly 4 My Jeeps" ferait office de sommet, "Seven Series Triplets" conclut SAAAB Stories sur un titre sur lequel on aurait bien vu un Fuzati venir cracher son venin tant cette production emphatique semble taillée sur mesure pour son personnage. Par contre, 7 titres pour 26 minutes, c'est peu. Très peu. Trop peu.

Le goût des autres :